Législatives : les députés Rassemblement national seront 125 à siéger à l'Assemblée nationale

Ayant été épinglés pour des déclarations racistes, antisémites ou homophobes, certains députés RN ont été priés de ne pas siéger avec le groupe.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, le 8 juillet 2024. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Les députés Rassemblement national seront 125 à siéger à l'Assemblée nationale, a appris mercredi 10 juillet franceinfo auprès de plusieurs sources au sein du groupe RN.

Après avoir échoué à obtenir la majorité absolue à l'Assemblée à l'issue du scrutin de dimanche, le Rassemblement national a décidé d'évincer ses "brebis galeuses". Ainsi le député Daniel Grenon, élu dans la 1ere circonscription de l'Yonne, a été invité par le parti de Marine Le Pen à ne pas siéger au sein du groupe RN après ses propos polémiques sur les binationaux. Il avait déclaré le 1er juillet dernier que "les Maghrébins au pouvoir en France n'avaient pas leur place en hauts-lieux".

Les situations d'autres députés qui ont posé problème pendant la campagne seront examinés lors d'une commission des conflits qui aura lieu en septembre. Ce sera le cas notamment de Roger Chudeau qui a fait sa rentrée avec les autres députés RN mercredi matin et figure donc sur la photo de groupe. Il a été réélu dans la 2e circonscription du Loir-et-Cher. Ce dernier s'était illustré en pointant la double nationalité de Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre socialiste.

Lors d'un discours mercredi face aux députés de son parti à l'Assemblée nationale, Jordan Bardella leur a demandé d'être "parfaitement irréprochables" durant leur mandat, promettant que le parti effectuerait un "examen de conscience" après sa déception électorale aux législatives. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.