Législatives 2024 : retraites, TVA, droit du sol... Jordan Bardella détaille son programme et réclame une "majorité absolue"

Le président du Rassemblement national s'exprime dans un entretien au "Parisien".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Jordan Bardella est en campagne dans une ferme aux Plets (Loiret), le 14 juin 2024. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Jordan Bardella réclame "une majorité absolue" à l'Assemblée nationale "pour gouverner". Dans un entretien accordé au Parisien lundi 17 juin, le président du Rassemblement national estime que "personne" ne peut croire "qu'on pourra changer le quotidien des Français avec une majorité relative". Le président du Rassemblement national esquisse également les principales mesures mises en œuvre en cas d'accession au pouvoir, notamment l'abrogation de la réforme des retraites "à partir de l'automne". Il s'était jusqu'alors montré flou, jugeant encore la semaine dernière que le sujet n'était pas "prioritaire".

A propos de la baisse de la TVA sur les énergies et le carburant, qu'il entend faire passer de 20% à 5,5%, le patron du RN entend la mettre en œuvre dès cet été, via un projet de loi de finances rectificatif lors d'une session parlementaire extraordinaire. Cette dernière ne pourrait toutefois se tenir qu'après un décret signé par le président de la République. Le chef de file des lepénistes renvoie en revanche la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité à "un second temps".

Côté recettes, le vainqueur des élections européennes du 9 juin propose de supprimer des "niches fiscales", notamment celles sur les armateurs, et d'abaisser de 2 milliards d'euros la contribution de la France au budget de l'Union européenne. Jordan Bardella entend également ressusciter les peines plancher en matière de stupéfiants et d'atteintes aux personnes dépositaires de l'autorité publique.

Il réitère sa proposition de suspendre les allocations familiales pour les parents de mineurs délinquants récidivistes. La suppression du droit du sol et le remplacement de l'aide médicale d'Etat par un fonds d'urgence qui "ne couvrira que les urgences vitales" sont aussi au programme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.