Législatives 2022 : le sénateur Patrick Kanner s'inquiète que "le PS devienne la filiale de La France insoumise"

Le président du groupe socialiste au Sénat a appelé dimanche sur franceinfo à "une négociation équilibrée et respectueuse" avec le parti de Jean-Luc Mélenchon en vue des législatives du mois de juin. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Patrick Kanner lors d'une réunion au Sénat, à Paris, le 17 juillet 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Je ne souhaite pas que le Parti socialiste devienne la filiale de La France insoumise", a déclaré sur franceinfo dimanche 1er mai le sénateur Patrick Kanner. Les négociations entre le PS et LFI pour parvenir à un accord en vue des élections législatives ont été interrompues pour la soirée alors qu'Europe Écologie - Les Verts débattait lors d'un conseil fédéral. 

>> Législatives 2022 : suivez les tractations à gauche dans notre direct

Pour le président du groupe socialiste au Sénat, la question européenne est au cœur des désaccords avec La France insoumise. "Jean-Luc Mélenchon dit qu'on ne sortira pas de l'Europe pendant cette mandature, ce qui veut dire qu'on pourrait le faire dans une autre. Si ce n'est pas une ligne rouge, je ne sais pas ce que c'est", a-t-il argumenté, défendant l'engagement européen du PS, "auquel nous tenons comme à la prunelle de nos yeux".

"La majorité des cadres et des militants ne veulent pas d'une rupture avec l'Europe."

Patrick Kanner, sénateur socialiste du Nord

à franceinfo

"Il faudra qu'Olivier Faure et celles et ceux qui négocient l'entendent, y compris par un appel aux militants qui devront choisir", a-t-il prévenu, expliquant qu'il n'avait que très peu de contact avec le Premier secrétaire de son parti. "Si cette ligne est la nouvelle ligne du PS, cela créera des problèmes", a-t-il jugé, ajoutant qu'il était "très inquiet".

Pas de "continuité électorale" pour LFI

Selon lui, LFI manque d'une "continuité électorale" pour prétendre incarner "la force centrale" à gauche. "LFI n'a gagné aucune grande ville, aucun département, aucune région et n'a aucun sénateur", a-t-il remarqué. "LFI est fort sur un coup, mais le PS reste puissant."

Il estime qu'il y a des "points à améliorer, tout cela doit aboutir à une négociation équilibrée et respectueuse". En cas d'accord, il affirme qu'il ne quittera pas le PS. "Je n'ai pas envie de quitter la famille avec laquelle j'ai vécu pendant tant d'années", s'est-il justifié.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité des Elections Législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.