Législatives 2022 : la majorité et la Nupes en tête des sondages, le RN un peu en dessous

Publié Mis à jour
Législatives 2022 : la majorité et la Nupes en tête des sondages, le RN un peu en dessous
Article rédigé par
T. Petit - franceinfo
France Télévisions

Alors que le premier tour des élections législatives aura lieu le 12 juin, une tendance se dessine fortement.

La majorité présidentielle et la Nupes sont au coude à coude. Mais il y a trois camps qui se dégagent principalement. "C’est ce qu'on observe en tout cas dans les dernières études. Selon une étude de notre partenaire Ipsos Sopra Steria qui est sortie aujourd'hui, les intentions de votes se rassemblent autour de trois pôles. Le premier, c'est celui de la majorité présidentielle, avec la République en marche et ses alliés  crédités de 28 %. Suit la Nupes à gauche, seulement un demi-point en dessous. Et à l'extrême droite, le Rassemblement national à 20 %. Il y a un dernier pole, celui des Républicains à 11 %", explique Thibaut Petit, journaliste au service politique de franceinfo. 

Un quatrième camp : l'abstention 

"Il y a une polarisation de la vie politique française. Des blocs qui sont imperméables les uns avec les autres et qui n'arrivent pas à trouver de consensus. Il y a un phénomène de vote par rejet. On ne voit plus pour les idées d'un parti mais contre les idées de l'autre. Il y a une personnalisation de la vie politique. Pour le voir, il suffit de regarder les panneaux électoraux à côté de chez vous. Les candidats s'affichent aux côtés d’Emmanuel Macron, de Jean-Luc Mélenchon ou encore de Marine Le Pen. Des visages qui remplacent les logos avec le sentiment de miser sur les leaders plutôt que sur les programmes", poursuit-il. Enfin, il y a les prévisions quant au taux d’abstention, qui devrait être très élevé. "Dans la même étude, on estime que la participation au premier tour des législatives pourrait atteindre seulement 46 %. Donc 54 % d'abstention. Plus d'un Français sur deux si c'est le cas, et ce serait un record car jamais l'abstention n'aura été aussi élevé", avertit Thibaut Petit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.