VIDEO. Élections européennes : "Soit l'Europe change, soit elle meurt. Je préfère qu'elle change", affirme Ian Brossat

La tête de liste du Parti communiste français pour le scrutin du 26 mai estime "qu'il faut établir un rapport de forces et qu'une fois ce rapport de forces établi, il y aura inévitablement une renégociation des traités".

RADIO FRANCE

Ian Brossat, tête de liste Parti communiste français pour les élections européennes, a estimé "qu'il faut établir un rapport de forces et qu'une fois ce rapport de forces établi, (...) il y aura inévitablement une renégociation des traités", jeudi 23 mai lors de la matinée de débats organisée par franceinfo à la Maison de la Radio.

franceinfo : Vous avez dit qu'il "ne faut pas attendre la renégociation des traités pour s'en exonérer". Ça veut dire que vous appelez à la désobéissance civile au sein de l'Union européenne ?

Ian Brossat : Je pense que le fait précède le droit et qu'en l'occurrence on a la possibilité d'établir un rapport de forces dès lors qu'on s'affranchit d'un certain nombre de règles absurdes dans les traités européens.

Mais la France serait sanctionnée...

Je n'y crois pas une seule seconde. D'ailleurs, la France a déjà désobéi à un certain nombre de reprises à cette règle des 3% de déficit public qui conduit à la casse de nos services publics de proximité. Je pense donc qu'il faut établir un rapport de forces et qu'une fois ce rapport de forces établi, (...) il y aura inévitablement une renégociation des traités. Ce qui me fait dire cela c'est que l'Union européenne est aujourd'hui en crise. La question est donc que soit l'Europe change, soit elle meurt. Je préfère qu'elle change.

Pour cela il faut des alliés, l'écrasante majorité des gouvernements sont soit conservateurs soit libéraux...

Il faut que la gauche retrouve des couleurs : c'est pour ça que je me bats. Je ne me résous pas à un débat politique qui en France et en Europe se résume à un affrontement entre les libéraux et les fachos. Jusqu'à présent, les socialistes ont préféré diriger le Parlement européen avec la droite. Ils ont d'ailleurs voté pour tous ces traités. S'ils se ravisaient, ça se regarde. Je préférerai toujours une alliance de gauche à une alliance d'une partie de la gauche avec la droite.

Vous pouvez donc vous allier aussi avec les sociaux-démocrates au Parlement européen, comme vous le faites à la mairie de Paris, en tant qu'adjoint ?

Si tant est qu'ils se rappellent qu'ils sont de gauche. Ce qui est plus le cas des socialistes parisiens que des socialistes de l'Union européenne.

Est-ce que vous êtes favorable à un smic européen ?

Oui je suis favorable à un smic européen mais à la seule condition qu'il nous permette de tirer notre smic vers le haut. Je suis favorable à un smic à 60% du salaire moyen dans chaque pays, ce qui ramènerait le smic français à 1 400 euros.

Ian Brossat, tête de liste du Parti communiste français aux élections européennes, lors de la matinée de débats organisée par franceinfo à la Maison de la Radio, le jeudi 23 mai.
Ian Brossat, tête de liste du Parti communiste français aux élections européennes, lors de la matinée de débats organisée par franceinfo à la Maison de la Radio, le jeudi 23 mai. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)