Résultats des élections régionales et départementales : revivez la soirée électorale du second tour

Les présidents de région sortants ont été les grands vainqueurs du scrutin. Celui-ci a été marqué de nouveau par une très forte abstention.

Dans un bureau de vote de Douarnenez (Finistère) lors du premier tour des élections régionales et départementales, dimanche 20 juin 2021.
Dans un bureau de vote de Douarnenez (Finistère) lors du premier tour des élections régionales et départementales, dimanche 20 juin 2021. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Les urnes ont rendu leur verdict. Comme le montre notre carte des résultats par région, les candidats de droite Renaud Muselier (Paca), Xavier Bertrand (Hauts-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes), notamment, vont conserver leur poste. Ils ont obtenu respectivement 57,3%, 53% et 55,3% des voix au second tour des régionales, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria, dimanche 27 juin.

Franceinfo a également réalisé une carte des résultats des élections départementales, avec un peu plus de 2 000 cantons concernés. Ce scrutin ne concerne pas Paris, la Métropole de Lyon et la Corse, où il n'y a pas de conseil départemental. 

Tous les résultats du second tour des élections régionales et départementales sont dévoilés dans ce direct. Des soirées spéciales sont diffusées en direct sur franceinfo radio, franceinfo canal 27, France 2 et France 3.

Le RN battu en Paca. Le président sortant Renaud Muselier (LR) a remporté son duel (57,7%) face au candidat du RN Thierry Mariani (42,3%). La région Paca constituait l'une des plus grandes chances pour le parti présidé par Marine Le Pen. 

La droite en tête en Ile-de-France et dans plusieurs régions. Valérie Pécresse l'emporte en Ile-de-France (46%) face notamment à la liste d'union des gauches de Julien Bayou (33,6%). Succès également de Christelle Morançais (LR) en Pays de la Loire (46,3%), de Jean Rottner dans le Grand Est (39%) et d'Hervé Morin en Normandie (44,2%). 

 Les candidats de gauche conservent cinq régions. La tête de liste de gauche Carole Delga a recueilli 57,8% des voix en Occitanie. Marie-Guite Dufay est première en Bourgogne-Franche-Comté (42,5%), tout comme Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine (39,3%), François Bonneau dans le Centre-Val de Loire (38,6%) et Loïg Chesnais-Girard en Bretagne (29,5%).

Un taux d'abstention encore très haut. Les urnes ont été boudées de nouveau. Le taux d'abstention au second tour des élections régionales atteint 65,7%, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria. Le niveau est donc sensiblement le même qu'au premier tour (66,72%).

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #REGIONALES

00h04 : On récapitule les infos principales de la soirée avant de filer au dodo !

• L'abstention demeure à un niveau très élevé, avec 65,7% des inscrits qui ont préféré aller à la pêche. C'est à peine mieux qu'au premier tour (66,2%).

• Le Grand chelem pour les sortants en métropole : aucune région métropolitaine ne bascule, certains sortants réalisant des scores records comme Carole Delga (PS, Occitanie, 57,8%), Laurent Wauquiez (LR, 55,17%) et Xavier Bertrand (divers droite, 52,3%). On vous résume dans cet article ce qu'il faut retenir de la soirée.

• La seule région qui bascule, c'est La Réunion, avec la victoire de la candidate de la gauche Huguette Bello.

• Rude soirée pour LREM, dont les listes arrivent presque partout en dernière position, et le RN, qui ne remporte aucune région.

• Pour retrouver les résultats de votre région ou dans votre département, direction notre moteur de recherche.

00h00 : "Il y a côté un paradoxal aux résultats de la gauche. Il y a un niveau globalement faible et un leadership pas du tout tranché."

Les élections n'ont pas permis de trancher le match entre les partis de gauche. "La situation n'est pas décantée. Les Verts se disent force propulsive sans région et le PS peut se dire force centrale à gauche avec cinq régions", explique à franceinfo le politologue Rémi Lefebvre.

23h59 : "Les listes d'union de la gauche n'ont pas permis des renversements de situation. On voit quand même à travers ces élections régionales que les listes d'union avec différentes configurations ont quand même donné des scores qui d'une région à l'autre peuvent aller de 20-25 à 30-35%."

Les élections ont permis de montrer à la gauche que l'union avait du bon. "On voit, comme on l'avait vu aux municipales, qu'il y a une dynamique autour de la charnière PS-EELV. Il se passe quelque chose quand on les met ensemble qui leur permet de faire bonne figure", explique à franceinfo Bruno Cautrès.

23h53 : Avec Bertrand, Wauquiez et Pécresse, la droite se rassure... mais se cherche toujours pour 2022. Voici l'article à lire pour comprendre le bilan de la droite aux élections régionales. Xavier Bertrand, réélu à la tête de la région Hauts-de-France, le 27 juin 2021 à Saint-Quentin (Aisne). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)(FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

23h55 : Dans la même interview, Xavier Bertrand assure aussi qu'il ne va pas quitter tout de suite la présidence des Hauts-de-France pour se concentrer sur la présidentielle. "Comme si j'allais déserter… Ceux qui pensent que je ne vais plus mettre les pieds dans les Hauts-de-France dans les mois qui viennent se sont mis le doigt dans l'œil jusqu'au coude."

23h55 : "Maintenant, tout le monde a compris que la présidentielle est désormais un match à trois."

Xavier Bertrand engrange de la confiance avec sa victoire dans les Hauts-de-France. Dans une interview accordée aux Echos (lien abonnés), il explique : "Ce n'est pas de la suffisance ou de l'arrogance. Je ne m'y crois pas déjà, mais je pense voir où est le chemin, pas seulement pour gagner, mais aussi pour gouverner."

23h44 : @Rémi Pour l'instant, avec un peu d'huile de coude sur le site du ministère de l'Intérieur, mais dès demain matin à l'aube sur notre site avec des graphiques par milliers :-)

23h43 : Bonsoir, où peut-on consulter les résultats en nombre de voix et les comparer aux élections précédentes?

23h47 : France 3 Auvergne-Rhône-Alpes revient sur les cinq grands dossiers qui attendent Laurent Wauquiez, réélu triomphalement à la tête de la région : création d'une mutuelle régionale, amélioration du réseau TER, relocalisation des emplois, accélération du chantier de la ligne Lyon-Turin et accroissement de la sécurité, selon nos confrères.

23h31 : Assesseuse également. Dépitée également. Le lien social en grande ville n'existe pas et rien ne fera réellement venir les électeurs aux urnes tant que 1. Ils ne comprennent pas ce qui se passe dans les pays où on ne vote pas. --> éducation !!! 2. Ce n'est pas un peu plus fun. 38% de participation à Toulouse, 63% dans la petite ville de mon frère où la mairie organise bandas, jeux, et apéro le soir pour tous !Oui les élections c'est sérieux mais on peut aussi rendre l'événement agréable et efficace pour remettre du lien social et de l'engagement citoyen !!!

23h34 : Nouveau témoignage d'assesseuse dépitée dans les commentaires du live (et un grand merci à eux pour s'être dévoués, ça a dû être une longue journée).

23h22 : L'ancien canton de Jean Castex bascule à gauche, une rareté dans cette soirée marquée par une poussée à droite au niveau des départementales.

23h22 : La carte des départementales continue de se remplir. Un résultat important : le Puy-de-Dôme bascule à droite, annonce France Bleu. Ce département était un bastion socialiste depuis 1998, même si le président sortant Jean-Yves Gouttebel s'était rapproché de la majorité présidentielle.

23h22 : Le RN n'aura donc pas réussi à ravir de région. Pire, le parti de Marine le Pen a vu son score diminuer dans quasiment toutes les régions par rapport à 2015. Un revers qui aura des conséquences sur sa stratégie en vue de l'élection présidentielle. Explications. Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, le 20 juin 2021 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (SYLVAIN LEFEVRE / HANS LUCAS / AFP)(SYLVAIN LEFEVRE / HANS LUCAS / AFP)

23h21 : bonjour l'équipe de rédaction. Je rentre douché (au sens propre comme au figuré) du bureau de vote où j'étais assesseur... Je rentre douché par le niveau d'abstention, avec un taux de participation d'un peu plus de 38% dans mon bureau. Que penser de ce niveau d'abstention ? Faut-il remettre au programme des collèges et lycées l'enseignement de nos institutions et de leurs rôles ? Faut-il comptabiliser les votes blancs comme votes exprimés ? (bien évidemment, il va falloir analyser les conséquences d'une telle décision, surtout si un tel vote est majoritaire) ? faut-il rendre le vote obligatoire ? (mais en Belgique, ça ne marche pas si bien que ça...) bref, il y a quelque chose à faire pour remobiliser les Français, et très rapidement !

23h20 : Dans les commentaires, @yaddo98 nous raconte son expérience (décevante) d'assesseur pour cette élection largement boudée par les électeurs.

23h19 : Face à Julien Bayou, tête de liste EELV et de la gauche en Ile-de-France, Etienne Fourmont, agriculteur, membre de la FDSEA, estime sur franceinfo que les écologistes "n'ont pas saisi l'importance de l'agriculture française". Il récuse la distinction entre les "gentils" bio et les "méchants" conventionnels.




(FRANCEINFO)

23h19 : Il n'y a pas que la présidentielle qui a commencé ce soir, le congrès du PS a aussi débuté dans la soirée, à lire les tweets de Luc Broussy, du conseil national du PS, et de Patrick Mennucci, ancien député de Marseille.

23h13 : On cherchait la photo de la soirée... L'a-t-on trouvée ?

23h13 : Edouard Philippe a réagi au résultat des régionales, et l'ancien Premier ministre a voulu minimiser la portée nationale de l'élection.

23h14 : Eux ont passé une soirée d'enfer : les supporters des candidats de gauche dans le canton de Châteaugiron (Ille-et-Vilaine) ont gagné la Coupe du monde (ou à peu près).

23h07 : Comment ont voté votre commune, votre département, votre région ? Retrouvez tous les résultats dans notre moteur de recherche.

23h07 : Rappelons que l'abstention reste le grand vainqueur ce soir avec 65,7% des électeurs qui ne se sont pas déplacés. "Ca ne prépare pas des lendemains qui chantent", estime sur franceinfo le député LFI Eric Coquerel, au sujet de ce faible taux de participation. "Nous, ça fait longtemps que l'on pointe que la Ve République est à bout de souffle."

23h08 : Battue en Ile-de-France par Valérie Pécresse (LR), la socialiste Audrey Pulvar, qui avait fait liste commune au second tour avec l'écologiste Julien Bayou et l'Insoumise Clémentine Autain, salue la construction de "l'union de la gauche écologiste" malgré la défaite. "Tout commence ce soir !", ajoute-t-elle.

23h03 : Quelles solutions contre l'abstention ? Séverine Gil, agente administrative qui réside à Marseille, regrette sur franceinfo que l'élection présidentielle monopolise autant l'attention.




(FRANCEINFO)

23h03 : "Il y a une France en colère que l’on n’a pas su convaincre."

Sur franceinfo, Mounir Mahjoubi commente les mauvais résultats de son parti aux régionales : "Il va falloir que l’on soit capable de s’adapter, j’ai une confiance très grande en le président de la République, pour que dès demain, on se prépare pour les dix prochains mois pour continuer à montrer aux Français que la raison pour laquelle ils nous ont élus en 2017, c’est de transformer."

22h59 : @Xavier62 Les résultats définitifs sont tombés : il obtient 708 414 voix, soit à peu près la moitié en valeur absolue de son score de 2015.

22h59 : J’ai toujours beaucoup de mal avec les pourcentages en matière d’élection. A titre d’exemple Xavier Bertrand a été élu en 2015 avec 1 389 340 voix. Combien d’électeurs représentent les 52 % de suffrages qu’on lui prédit?

22h51 : Le mouvement d'Emmanuel Macron ne décroche aucune région. Pire, il a été relégué à l'arrière-plan pour ce second tour des élections régionales et départementales, échouant à jouer le rôle d'arbitre. L'amie Margaux Duguet vous explique dans cet article pourquoi LREM n'arrive (toujours) à s'implanter localement.




(LUDOVIC MARIN / AFP)

22h50 : Adrexo, le prestataire chargé de la distribution des plis électoraux dans 51 départements de 7 régions, annonce de nouveau avoir rencontré "de nombreuses difficultés". La société, qui dit se tenir à la disposition du ministère de l'Intérieur "pour dresser le bilan", sera auditionnée mardi devant la Commission des lois de l'Assemblée sur ces "dysfonctionnements".

22h49 : Comment expliquer le désintérêt des jeunes ? Selon Fabien Roussel, chef de file du PCF, ils "ne se sentent pas concernés" parce qu'ils sont peu informés sur les scrutins et qu'ils ont été "abandonnés" pendant la pandémie.




(FRANCE 2)

22h47 : Les quotidiens ont choisi de faire leur couverture demain sur les deux camps qui subissent une défaite lors de ces élections : le Rassemblement national et la majorité présidentielle.

22h46 : Un silence remarqué. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a salué sur Twitter la réélection des présidents de région socialistes, ainsi que celle du LR Renaud Muselier face au RN - "une bonne nouvelle pour notre démocratie". En revanche, pas un mot pour son adjointe, Audrey Pulvar, dont la liste d'union de la gauche (dirigée par l'EELV Julien Bayou) arrive en deuxième position en Ile-de-France...

22h44 : Petit rappel : le mandat des conseillers régionaux et départementaux élus cette année aurait normalement dû courir jusqu'en mars 2027. Mais, afin de ne pas perturber la campagne présidentielle qui aura lieu cette année-là, la prochaine échéance a été fixée en mars 2028. Les élus régionaux et départementaux seront donc désignés pour sept ans, au lieu de six.

22h42 : Pour Chloé Morin, politologue associée à la Fondation Jean-Jaurès, l'ex-LR Xavier Bertrand "pose les bases d'un récit intéressant" car "il triomphe contre le RN" dans une région "où il y avait un vrai risque". Mais si sa réélection dans les Hauts-de-France était "une condition nécessaire", elle "n'est pas encore suffisante".

22h45 : "Valérie Pécresse fait à peine un peu plus que 2015 et bien moins que les deux autres [Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez]. Elle est donc moins en position de force", analyse le politologue Olivier Rouquan pour franceinfo. "Laurent Wauquiez est celui qui a le plus siphonné le vote RN, comme Nicolas Sarkozy en 2007", ajoute le politologue.

22h46 : Continuons sur le match à droite, camp qui savoure ce soir les résultats de ses présidentiables : Valérie Pécresse (autour de 46%) en Ile-de-France, Xavier Bertrand (autour de 52%) dans les Hauts-de-France et Laurent Wauquiez (autour de 56%) en Auvergne-Rhône-Alpes, tous largement réélus. "Il va être très difficile de départager les candidats" pour 2022 à droite, estime le politologue Gérard Grunberg. Mais la droite va se dire "qu'il peut y avoir une dynamique, alors que le RN n'en a pas" après ces régionales.

22h35 : Excellent, parfait, Guillaume ! Rien de plus à dire, vous avez une excellente culture politique. Jacques 71 ans.

22h35 : Sur franceinfo, un étudiant, abstentionniste, dénonce le "manque de fiabilité de la classe politique".