Cet article date de plus de quatre ans.

Un été sans souci : on vous explique comment bien choisir vos allume-feux pour barbecue

Tout au long de cette semaine, franceinfo fait le tour des produits vedettes de l'été. Aujourd'hui, les allumes-barbecue, pas toujours très sains pour la santé. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le barbecue, un incontournable de l'été.  (LINO MIRGELER / DPA)

Le barbecue est l’un des incontournables de l’été, c’est aussi parfois un casse-tête pour l’allumer. Alors durant la période estivale, les allume-feux font les têtes de gondole. Mais certains produits ne sont pas sans risque. Tous les ans, des personnes se blessent, certaines décèdent, à cause des substances inflammables. D'autres souffrent d'irritation de la peau à cause des produits chimiques. Ces dernières années, les centres antipoisons ont enregistré en moyenne 200 appels par an, la plupart du temps car des enfants ont porté à leur bouche des cubes pour allumer le barbecue. Franceinfo va donc vous aider à faire votre choix.  

Cubes et liquides contiennent des hydrocarbures  

Dans les rayons des supermarchés, on trouve généralement des allume-feux en cube, en gel ou en liquide. Ces produits, très peu onéreux (entre 2 et 10 euros) sont souvent composés de kérosène à hauteur de 70 à 85% selon un rapport de la commission de la sécurité des consommateurs de 2009. "Le kérosène est classé comme dangereux car facilement inflammable", décrit le rapport, et surtout il dégage une forte odeur.

Certains cubes sont à base de paraffine, là encore composée d’hydrocarbures. Ce produit est classé dans "les substances dangereuses car facilement inflammable et nocive", rapporte la commission de sécurité des consommateurs, notamment "en cas de contact prolongé, il peut provoquer des irritations de la peau".  

Allume-feu naturel, pas toujours si écolo  

Si vous optez pour cette option pour éviter les hydrocarbures, c’est en partie raté. Les allume-feux à base de bois compressé, les plus courants sur le marché, coûtent environ 5 euros, sont composés à "50% de végétaux et à 50% de paraffine, de cires ou d’huiles végétales", rapporte la commission dans son rapport. "Les fabricants apposent cependant sur l’emballage le pictogramme normalisé indiquant que le produit est 'facilement inflammable' quand ils contiennent des liants à base d’hydrocarbures", note-t-elle.

. (RADIO FRANCE / STEPHANIE BERLU)

En revanche, les allume-feux non compressés, sont eux totalement naturels. Il s’agit de bûchettes de bois, parfois à l’état brut, de la fibre de bois ou des pelotes d’écorces. Sur le paquet, il n’y a pas de pictogramme qui indique la présence d’une substance dangereuse ou inflammable. Ce produit est généralement un peu plus cher, il faut compter au moins 8 euros.

Pommes de pin, cagettes et bouse de vache 

Si vous voulez éviter d’utiliser un produit industriel pour allumer votre barbecue, il existe aussi d’autres méthodes gratuites. Par exemple, ramasser des pommes de pins sèches. Mais attention, elles doivent être ouvertes, sinon elles risquent d’exploser en brûlant. Ce produit naturel parfumerait la viande, selon les spécialistes du barbecue. En revanche, il faut éviter d’utiliser de l’herbe ou des feuillages qui risquent d’étouffer le feu.

Si vous n’allez pas en forêt, il reste toujours les cagettes de bois, souvent disponibles gratuitement dans les supermarchés. Il y a également la "technique de la bouteille", qui consiste à enrouler de papier journal une bouteille en verre. Il suffit de la placer au centre du barbecue, l’entourer de charbon, puis de la retirer doucement. Le papier va créer un "puits" qui permettra d’obtenir une braise bien rouge.  Pour les plus téméraires, il est également possible d’utiliser de la bouse de vache mélangée à de la paille. Odeur assurée !

>> Un été sans souci : On vous explique comment bien choisir votre protection anti-moustiques

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.