Intempéries : la ligne Firminy-Lyon Perrache interrompue au moins jusqu’au 1er mai après le déraillement d’un TER

Dimanche soir, un TER a déraillé à cause d'un éboulement. L'accident n'a pas fait de victime.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Saint-Étienne Loire
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un TER dans la gare Lyon Perrache (Rhône), le 22 février 2024. Image d'illustration. (HENRIQUE CAMPOS / HANS LUCAS)

La ligne Firminy-Lyon Perrache reste interrompue en partie au moins jusqu’au 1er mai, annonce la SNCF lundi sur son compte X, après le déraillement d'un TER dimanche 28 avril à Grigny-le-Sablon (Rhône).

Vers 19 heures dimanche soir, un TER qui circulait entre Firminy, dans la Loire, et la gare de Lyon Perrache (Rhône) a déraillé à cause d'un éboulement, a indiqué la préfecture du Rhône à franceinfo. Il est sorti des voies après avoir heurté des cailloux tombés sur les rails lors de l'affaissement d'un talus, a précisé la SNCF. Deux cents personnes se trouvaient à bord du train. 

Deux blessés très légers

L’accident n’a pas fait de victime. Deux personnes ont néanmoins été prises en charge par les pompiers, très légèrement blessées : un homme légèrement touché au genou et une femme enceinte choquée par l'arrêt brutal du train. "J’ai vraiment cru que j’allais mourir", témoigne lundi sur France Bleu Saint-Étienne Loire, Barnabé, 19 ans, passager du TER. "On a entendu un grand bruit. C'était vraiment court mais brutal avec beaucoup de bruits"

La ligne va rester coupée au moins jusqu'à samedi, selon la SNCF. Lundi, le train était toujours immobilisé sur les voies. "La ligne est très utilisée et nous sommes impatients d'avoir une réouverture", souligne Xavier Odo, le maire de Grigny (Rhône), une commune de 10 000 habitants située au sud de Lyon.

Selon le maire, c'est un trop-plein d'eau qui a causé l'accident. Les nappes phréatiques sont remplies. Les deux rivières passant dans la commune sont à un niveau qui n'a pas été atteint depuis cinq ans. "Ça redescend lundi, mais on sait qu'il y aura de la pluie toute la semaine, donc on est mobilisés toute la semaine", explique Xavier Odo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.