Trains : la France et l’Italie adversaires sur les rails

Publié
Trains : la France et l’Italie adversaires sur les rails
FRANCEINFO
Article rédigé par
S.Aramon, C.Ricco - franceinfo
France Télévisions

Samedi 18 décembre, la compagnie italienne Trenitalia a effectué ses premiers voyages en France en assurant la ligne Paris-Lyon-Milan. Pour la première fois, la SNCF et son TGV ont un concurrent sur les rails français.

Samedi 18 décembre marque la fin du monopole français sur les lignes à grande vitesse. Pour la première fois, une compagnie étrangère a assuré une liaison sur les rails français : la Trenitalia avec sa ligne Paris-Lyon-Milan. Un voyage inaugural qui semble satisfaire les passagers : "C’est plutôt agréable, il y a des prises de partout", témoigne un voyageur. Même financièrement, l’opérateur transalpin est plus avantageux. En effet, un Paris-Lyon en deuxième classe coute 23 euros. Un prix multiplié par deux chez l’opérateur français.

Un contexte social et économique tendu

Au fil des ans, la SNCF va voir apparaitre d’autres concurrents en France. En effet, les lignes du sud de la France et la région PACA seront assuré par la compagnie Transdev à partir de 2025. Cette ouverture à la concurrence se fait dans un contexte social tendu. Le début des vacances de Noël a été entaché par des mouvements de grève au sein des salariés SNCF. En outre, la compagnie ferroviaire est endettée à hauteur de 38 milliards d’euros. Pourtant en 2018, l’État avait repris une dette d’un montant quasi-similaire. Par ailleurs, 2 000 emplois ont été supprimés et des petites lignes ont été rayées de la carte. Le redéveloppement du train, souhaité par Emmanuel Macron est freiné par la crise sanitaire. Enfin, la SNCF innove avec notamment le futur Paris-Vienne et un futur TGV flambant neuf.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.