VIDEO. "Barre-toi !" : l'impossible dialogue entre un député LREM et des cheminots en grève

Bruno Questel, député de l'Eure, a tenté d'aller rencontrer des cheminots grévistes. Mais l'accueil a été mouvementé.

Voir la vidéo
franceinfo

Il est arrivé confiant. Bruno Questel, député La République en marche de l'Eure, espérait pouvoir "échanger" avec des cheminots en grève, à Sotteville-lès-Rouen. Mais l'élu de la majorité a vite déchanté. "On n'échange pas", lui répond immédiatement un cheminot. Le dialogue est impossible, et pas uniquement avec les employés de la SNCF en colère contre la réforme ferroviaire. Des étudiants et des retraités sont là aussi, la colère au ventre. Les mots "dictature", "Macron et ses marionettes" fusent. "T'as rien à foutre là, ici t'es chez nous, barre-toi !", lance un homme au député.

"Il cherchait la provocation !"

Bruno Questel garde tant bien que mal son calme quand la foule lui crie "Dehors ! Dehors !" Chassé par les manifestants, il assure qu'il "mesure la tension, l'exaspération". Il déplore toutefois "la totale incapacité à discuter". "Je suis venu pour comprendre, parce que je ne suis pas cheminot, je ne suis pas spécialiste de la question", explique-t-il à France 3. Mais pour un manifestant, "le député ne cherchait pas le dialogue, il cherchait la provocation".

Après 30 minutes sur place, Bruno Questel est obligé de quitter les lieux. Mais quelques heures plus tard, il est convié au local syndical de Sud Rail. Dans le calme, cette fois, chacun expose ses arguments. Au bout de cette journée de dialogue sous tension, chacun reste toutefois campé sur ses positions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le député de l\'Eure, Bruno Questel, face à des cheminots, à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), le 9 avril 2018.
Le député de l'Eure, Bruno Questel, face à des cheminots, à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), le 9 avril 2018. (FRANCE 3)