SNCF : Jean-Pierre Farandou espère "réduire la portée" de la grève du 6 juillet en apportant "de vraies réponses aux préoccupations salariales"

Une grève a été annoncée par les syndicats de la SNCF pour le 6 juillet sur l'ensemble du territoire. Le PDG de la SNCF assure sur France Inter mercredi que son impact sera "peut-être" atténué pour les voyageurs par l'évolution des négociations en cours.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, au siège du groupe à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, le 24 février 2022. (ERIC PIERMONT / AFP)

"Des discussions sont en cours dans l'entreprise pour voir comment on peut augmenter le pouvoir d'achat des cheminots dans l'urgence", indique Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, mercredi 29 juin sur France Inter. Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF, CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT, ont appelé à la grève le 6 juillet, veille des vacances d'été, pour réclamer des hausses de salaire face à l'inflation.

Une grève "non reconductible" dont l'impact – pour les voyageurs – sera "peut-être" atténué par l'évolution des négociations en cours. "On s'efforce de réduire la portée de cette grève et à apporter de vraies réponses aux préoccupations salariales", explique Jean-Pierre Farandou.

Le PDG de la SNCF s'engage à "faire attention à l'équilibre" qui consiste à augmenter les salaires sans augmenter le prix des billets pour les voyageurs mais n'a rien dévoilé des montants et des modalités qui sont négociés avec les syndicats. Par ailleurs, il assure qu'il n'y aura "pas d'augmentation à cause de l'énergie" en 2022, en raison des prix fixes négociés "il y a quelques années" pour l'année en cours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève à la SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.