La CGT Mines-énergie se met aussi en grève et prévoit "des coupures ciblées" et des "baisses de production d'énergie"

Le secrétaire général du syndicat a appelé, mardi soir, sur franceinfo, à rejoindre le mouvement de grève des cheminots.

Image d\'illustration d\'une ligne électrique.
Image d'illustration d'une ligne électrique. (MYCHELE DANIAU / AFP)

La CGT Mines-énergie a appellé, mercredi 17 avril, les électriciens et les gaziers à rejoindre le mouvement des cheminots. Dès mercredi et jusqu'au 28 juin, le syndicat lance son propre mouvement de grève pour "l'organisation d'un nouveau service public de l'électricité et du gaz".

Plusieurs actions sont envisagées. "Ça peut être des baisses de production d'énergie, ça peut être des coupures ciblées vers des entreprises qui licencient ou qui criminalisent l'action syndicale, par exemple Carrefour qui aujourd'hui n'entend pas du tout les revendications des salariés", a détaillé, mardi soir sur franceinfo, Sébastien Menesplier, le secrétaire général de la CGT Mines-énergies.

Il évoque aussi l'idée d'"aller voir les familles qui sont privées d'énergie et leur remettre le gaz ou l'électricité parce qu'on les a privés pour facture impayée" . Selon lui, "ce n'est plus possible d'avoir autant de précaires énergie en France : 12 millions, c'est trop. L'énergie n'est pas une marchandise, c'est un bien vital donc tout le monde devrait avoir accès à l'énergie comme à l'eau ou à la santé", ajoute le syndicaliste.

Actions conjointes avec les cheminots

Le syndicat envisage également de mener des actions conjointes avec les cheminots. "Il y aura des actions conjointes avec l'ensemble des salariés qui seront mobilisés, indique Sébastien Menesplier. On peut tout imaginer, pour l'instant les choses s'organisent et vont de toute façon monter crescendo après le 19 avril". Il déplore encore que "le gouvernement ne veut pas entendre les revendications des travailleurs, ne veut pas entendre les projets qui sont mis sur la table par les organisations syndicales".