VIDEO. Jusque-là, "la ministre s'est contentée de lire ses fiches" : les syndicats de la SNCF gardent espoir avant de rencontrer Édouard Philippe

Pour la première fois depuis le début du conflit, les syndicats de cheminots rencontrent le Premier ministre, lundi 7 mai à Matignon. 

France 2

Après quatorze journées de grève, les négociations sont au point mort entre cheminots et gouvernement. Mais pour la première fois depuis le début du conflit, le dialogue va être établi entre les syndicats et le Premier ministre lui-même, lundi 7 mai. Les syndicats arrivent à Matignon avec un bilan contrasté. Si le taux global de grévistes est en forte baisse depuis le début du mouvement (de 35,4% le 22 mars, il sont tombé à 17,1% le 4 mai), la mobilisation des conducteurs est, elle, toujours importante. En tout cas suffisamment pour continuer à perturber le trafic.

Une petite marge de manœuvre

Le Premier ministre ne souhaite pas renégocier l'ensemble de la réforme. Ouverture à la concurrence, fin du statut de cheminot, réorganisation de la SNCF... Le gouvernement ne reviendra pas sur ces points. En revanche, les discussions seraient ouvertes sur la future convention collective, qui remplacera le statut, et sur la dette.

Depuis le début du conflit, il n'y a eu aucune négociation. La ministre des Transports s'est contentée de lire ses fiches.

Pascal Guglielmi, de la CGT cheminots.

sur France 2

Les syndicats prévoient toujours vingt-deux jours de grève. Ils promettent de fortes perturbations le 14 mai s'il n'obtiennent pas satisfaction lundi, lors de leur rencontre avec le chef du gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
(ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)