Grève à la SNCF : "Ça se passe bien" pour les TGV, mais "beaucoup d'angoisse" pour les usagers des TER

"La difficulté concerne ceux qui ont prévu de prendre des TER" le vendredi 20 décembre et le week-end qui suit, selon Bruno Gazeau, le président de la Fédération nationale des usagers des transports.

Des voyageurs à la gare de Lyon à Paris, le 20 décembre 2019. Illustration. 
Des voyageurs à la gare de Lyon à Paris, le 20 décembre 2019. Illustration.  (MARTIN BUREAU / AFP)

"Il y a beaucoup d'angoisse" pour les usagers des TER a affirmé vendredi 20 décembre sur franceinfo Bruno Gazeau, le président de la Fnaut (Fédération nationale des usagers des transports). La SNCF a présenté, mardi 17 décembre, son plan de transport pour le début des vacances de Noël alors que Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’État aux Transports avait promis que "l'ensemble des Français qui ont un billet auront un train garanti".

>> Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

Autant pour ceux qui avaient prévu de prendre les TGV "ça se passe bien, les gens reçoivent leur SMS dans les temps et ils ont le temps de réagir", reconnaît Bruno Gazeau, la difficulté concerne ceux qui ont prévu de prendre des TER ce vendredi et ce week-end. Vendredi, quatre dessertes sur 10 sont assurées sur les trajets régionaux, dont la moitié via des cars de substitution."

Les difficultés concentrées sur les correspondances 

Sur les TER, il y a une "difficulté", estime Bruno Gazeau. "L'affichage des trains est plus tardif, les gens ne savent pas si leur TER va fonctionner ou pas, si ce sera un train, un car ou rien du tout", détaille-t-il. Les problèmes concernent surtout les passagers qui descendent d'un TGV et doivent prendre un TER en correspondance. "Vous ne savez pas si vous aurez la correspondance, vous risquez de patienter sur un quai. Si vous avez des enfants et des valises, ce sont des conditions de voyage plus difficiles. Et de toute façon, vous n'avez pas d'information sur les retours. Et il n'y a rien de pire que de l'angoisse pendant ses vacances", estime-t-il.