Emploi à vie, salaires mirobolants, voyages gratuits... On a passé au crible six idées reçues sur le statut des cheminots

Le gouvernement entame, lundi, les consultations sur la réforme de la SNCF. Alors que le statut de cheminot pourrait être remis en cause, franceinfo a vérifié six clichés sur les employés du service public ferroviaire.

Un agent de la SNCF oriente un passager à la gare de Lyon, à Paris, le 1er juin 2016.
Un agent de la SNCF oriente un passager à la gare de Lyon, à Paris, le 1er juin 2016. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le chantier de la réforme de la SNCF est ouvert. Le gouvernement a entamé la première phase de consultation avec la direction du groupe et les syndicats, lundi 19 février, quatre jours après la remise du rapport Spinetta sur l'avenir du service public ferroviaire. Ce dernier préconise notamment la fin du controversé statut de cheminot. "Il n'y a pas de tabou, a prévenu le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin. Je ne suis pas opposé à [sa suppression]." Est-il si avantageux qu'on l'imagine ? On a passé au crible six clichés sur les employés de la SNCF.

1"Les cheminots ont un emploi à vie"

Les employés "au cadre permanent", c'est-à-dire bénéficiant du statut de cheminot, représentent 92% de l'effectif total (150 000 personnes) de la SNCF, selon des statistiques diffusées par le groupe en 2016. Ces salariés sont effectivement plus protégés qu'un employé lambda et ne peuvent pas être licenciés pour un motif économique. La SNCF peut cependant mettre un terme à leur contrat en cas de faute grave.

La période d'essai de ces salariés "au cadre permanent" est toutefois longue : elle peut atteindre deux ans et demi pour les cadres. Seuls les ressortissants français et européens de moins de 30 ans peuvent être embauchés avec ce statut, note LCI. Au-delà de cette limite, les employés sont "contractuels", en CDD ou CDI.

2"Ils touchent un salaire mirobolant"

En 2014, le salaire mensuel moyen des cheminots était de 3 090 euros brut pour un temps complet, rapporte la SNCF. Un montant supérieur au salaire moyen des Français employés dans le privé, qui était de 2 912 euros brut en 2013, selon l'Insee. Le niveau de rémunération est toutefois très disparate en fonction du poste : un contrôleur en milieu de carrière touche environ 2 400 euros brut mensuel, un conducteur environ 2 900 euros et un cadre un peu plus de 4 900 euros. "Plus de six cheminots sur dix touchent moins de 3 000 euros brut" par mois, précise la compagnie ferroviaire.

Les cheminots peuvent prétendre à un certain nombre de gratifications. Ils touchent une prime de fin d'année, équivalente au 13e mois, ainsi qu'une gratification d'exploitation correspondant à 8% du salaire, versée en juin, selon Le Monde. La compagnie ferroviaire ajoute une "gratification de vacances", qui était de 400 euros en 2016, selon un communiqué de la CFDT. Depuis 2015, les salariés peuvent également toucher un intéressement aux bénéfices pouvant atteindre 450 euros.

D'autres primes sont réservées à certains agents. La "prime de parcours", accordée au personnel roulant, est calculée en fonction de la distance parcourue au cours de l'année, précise Le Figaro. Les conducteurs de trains à grande vitesse, qui doivent suivre une formation spécifique d'un an, peuvent prétendre à une "prime de TGV". Contrairement à l'idée reçue, la "prime charbon" n'existe en revanche plus depuis 1970. Oubliez également la "prime chaussures" et la "prime à l'absence de prime", qui aurait été réservée aux employés de bureaux : elles n'ont jamais existé.

3"Ils travaillent 25 heures par semaine et sont tout le temps en congés"

L'ensemble des salariés de la SNCF sont soumis aux 35 heures hebdomadaires. Selon une infographie mise en ligne sur le site de l'entreprise (PDF), en 2016, le temps de travail par jour varie entre 7h25, pour les employés des directions centrales et régionales, et 8h02 pour les agents des établissements de nuit. Les conducteurs et contrôleurs passent en moyenne 7h48 par jour à travailler.

Les cheminots ont 28 jours de congés par an, soit trois de plus que ce qui est prévu par la loi, ainsi que 10 jours fériés. Ceux qui travaillent plus de 7 heures par jour cumulent en outre des RTT : 10 pour les cadres de la direction, jusqu'à 28 pour les employés de nuit. Le personnel "roulant" n'a en revanche que 12 week-ends libres garantis dans l'année, précise Marianne.

4"De toute façon, ils sont toujours en grève"

La CGT a déjà annoncé une manifestation nationale, prévue pour le 22 mars, pour protester contre les propositions du rapport Spinetta. Sur les réseaux sociaux, certains internautes s'agacent déjà du mouvement de grogne. "On gagnerait du temps à savoir quand est-ce que les cheminots ne sont pas en grève", s'interroge ainsi un utilisateur sur Twitter.

Une image pas forcément méritée ? Certes, les préavis de grève peuvent paraître nombreux : 493 en 2011 et 747 par 2012, selon Le FigaroMais les cheminots ne suivent pas tous les mots d'ordre. D'après le journal, le taux de journées perdues par agent pour ce motif était de 0,49 jour en 2011 et de 0,56 en 2012.

C'est surtout moins que par le passé. Au total, 171 851 journées de travail ont été perdues en 2013 à la SNCF à cause de mouvements de grogne. Un chiffre très largement inférieur à celui de 1968, année record avec 4,68 millions de journées perdues.

5"Ils voyagent tout le temps gratuitement"

Il est vrai que tous les agents de la SNCF, qu'ils soient "au cadre permanent", contractuels ou retraités, bénéficient de "facilités de circulation". Ils peuvent voyager gratuitement sur l'ensemble du réseau grâce au "pass Carmillion", indique Le Parisien. Seuls de faibles frais de réservation restent à leur charge (mais ils peuvent en être dispensés pour huit billets par an).

Les proches des salariés peuvent, eux aussi, profiter de ces avantages. Les conjoints et enfants des cheminots ont chacun droit à 16 billets gratuits par an, plus une carte personnelle qui réduit de 90% le prix des trajets. Les parents, grands-parents et beaux-parents des agents de la SNCF ont, eux, quatre voyages gratuits par an.

Au total, un million de personnes bénéficient de ces "facilités de circulation", dont seulement 15% sont des cheminots actifs. Le coût de ces billets pour la SNCF varie largement selon la source à laquelle on se fie, note Le Parisien. La compagnie ferroviaire estime qu'il est de 21 millions par an, quand la Cour des comptes l'évalue plutôt à 100 millions d'euros chaque année.

6"Et pour couronner le tout, ils prennent leur retraite à 50 ans"

Une réforme a repoussé l'âge du départ à la retraite des cheminots. D'ici 2024, il sera de 52 ans pour les conducteurs de train et de 57 ans pour les autres employés, contre 62 ans dans le régime général, rapporte LCI. Le système de cotisations est également plus avantageux : la pension de retraite des employés de la SNCF est fixée à 75% du salaire des six derniers mois d'activité. Pour le régime général, elle s'élève à 50% de la moyenne des 25 meilleurs années.

Résultat, la pension de retraite des cheminots s'élevait en moyenne à 1 940 euros brut en 2013, contre 1 760 euros brut pour les salariés du privés au régime général. Ce montant est majoré de 10% pour les parents de trois enfants, puis de 5% supplémentaires par enfant à partir du quatrième.

Mais pour toucher une retraite à taux plein, les agents de la SNCF doivent tout de même côtiser 166 trimestres, soit 41 ans et demi, remarque LCI. La durée de cotisation a été allongée lors de la réforme des retraites de 2010. Le système de décote (qui fait baisser le montant de la pension en cas de retraite anticipée) et de surcote s'est en outre rapproché de celui du régime général.