Adaptation des tarifs à la SNCF : la FNAUT estime que "les conditions sont plutôt favorables pour un retour des clients" à bord des trains

Les usagers demandaient plus de transparence sur les prix, la possibilité de changer facilement un billet et plus de fiabilité sur les horaires des trains. "Sur ces trois conditions-là, monsieur Farandou répond en grande partie à nos attentes", se réjouit Bruno Gazeau, président de la FNAUT.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), Bruno Gazeau dans le studio de franceinfo, le 24 avril 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a annoncé mardi 19 janvier sur France Inter qu'il entendait revoir le "système tarifaire" pour garantir des "petits prix" jusqu'au dernier moment. "Les conditions sont plutôt favorables pour un retour des clients à la SNCF", a réagi sur franceinfo Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) sur franceinfo. La SNCF répond en partie aux attentes de la FNAUT avec "plus de transparence" sur les tarifs, la possibilité d'échanger ses billets jusqu'à trois jours avant le départ et assurer "une fiabilité" des trains.

Pour les vacances de février, il sera possible d’échanger et de se faire rembourser sans frais jusqu’à trois jours avant le départ du train. Êtes-vous satisfait de cette annonce ?

C’est quelque chose que l’on réclame depuis très longtemps, qui a été mis en œuvre depuis 6 mois et qui satisfait les usagers puisque cela leur permet d’échanger leurs billets jusqu’à trois jours avant. C'est pour éviter que les gens prennent plusieurs billets et l’annulent le dernier jour. C’est un système qui nous convient très bien et j’espère qu’il sera prorogé au-delà des vacances de février. Je ne vois pas pourquoi il faudrait le limiter dans le temps. Ça donne beaucoup de souplesse, surtout dans une période où l'imprévisibilité est la plus totale, comme en ce moment.

"Trois jours c’est mieux que rien. C’est un compromis et ça nous convient pour l’instant."

Bruno Gazeau, président de la FNAUT

à franceinfo

Le patron de la SNCF espère d’ici cet été mettre en place des petits prix jusqu’au dernier moment. Est-ce que ça aussi, c'est une mesure que vous attendiez ?

On était assez critique sur la tarification SNCF. La critique c’était de dire : 'on n’y comprend rien', 'ce n’est pas transparent'. Dans un premier temps, on avait demandé à ce que le système qui existe depuis 30 ans [et qui fait que les prix augmentent au fur et à mesure qu'on se rapproche de la date de départ et du remplissage du train], soit plus transparent pour qu'on puisse se situer dans la partie haute ou basse de la fourchette des prix. Depuis, Monsieur Farandou a compris que s'il voulait récupérer ses clients, il fallait vraiment qu'il fasse un effort sur les prix. Et donc, il a engagé une procédure qui va durer six mois de consultation et de réflexion sur ses gammes de prix, qui étaient arrivées à une complexité terrible, puisque la SNCF a des cartes Avantages qui ne sont pas forcément valables en région. Donc, si vous vouliez faire un trajet de bout en bout, il fallait additionner deux tarifs. C'était d'une complexité absolue. Donc, c'est très bien qu'on revienne là-dessus. Les cartes Avantages, nous y sommes attachés, mais en même temps, on est aussi très attaché à un système qui fait que jusqu'au dernier moment, on peut avoir des petits prix. C’est bien parce que les familles qui voyagent, surtout pendant les vacances, vont pouvoir en profiter davantage. Il faut vraiment clarifier cette tarification.

Aviez-vous d'autres réserves ?

Malgré la crise, les Français gardent une grande confiance dans le train et ils sont prêts à revenir prendre le train, mais sous plusieurs conditions. La première, c'est celle du prix, la deuxième, qu'on puisse changer son billet. La troisième, c'est la fiabilité des trains, c'est-à-dire qu'on ne supprime pas des trains et qu'ils arrivent à l'heure. Donc, sur ces trois conditions-là, monsieur Farandou répond en grande partie à nos attentes. Il est prêt à revoir la grille de prix. La fiabilité sur les horaires s'est améliorée. Et puis, la garantie de pouvoir changer son billet jusqu'à pratiquement le dernier moment, c'est très important pour nous. Donc là, les conditions sont plutôt favorables pour un retour des clients à la SNCF.

Un passeport vaccinal obligatoire pour prendre les transports en commun. Est-ce une mesure qui pourrait être adoptée ?

Je pense que la question n'est pas vraiment d'actualité parce que pour l'instant, il faut déjà pouvoir se faire vacciner, d'avoir le choix de se faire vacciner ou pas. Sur l'international, on est un peu lié par les conditions des traités internationaux de la France avec les autres pays. Les choses s'imposeront dans les négociations avec les autres pays sur la partie métropolitaine. Pour les transports en France, je pense qu’il faut se tourner vers une politique tarifaire et non vers une politique restrictive de mobilité. Je ne suis pas favorable à ce qu'il y ait un passeport vaccinal pour se déplacer en France dans les trains, dans le métro ou dans les bus. Il vaut mieux encourager les gens à se faire vacciner de telle sorte que tout le monde soit protégé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.