Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Prime à la conversion : armez-vous de patience

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
L'oeil du 20 heures - 15/11/18
Article rédigé par
France Télévisions

Les primes à la conversion représentent cette année un effort de plus de 350 millions pour le gouvernement. Mais toutes les primes n'ont pas encore été versées et souvent ce sont les concessionnaires qui les ont avancées... et qui attendent maintenant d'être remboursés.

C’est le dernier engagement du Gouvernement : étendre la prime à la conversion. “On va viser 1 million de primes à la conversion, on va doubler l’objectif”, a annoncé Edouard Philippe le 14 novembre. L’oeil du 20 heures aussi, a voulu en profiter pour changer sa vieille voiture.... mais ce n’est pas si simple !

Pour toucher la prime à la conversion, il faut produire un certificat de destruction de son vieux véhicule polluant. Mais dans sa casse automobile de région parisienne, Claude Bernard-Debord a vu la demande bondir de 35%. Alors pour les nouveaux venus, il faut attendre. “Je n’ai plus de place, je suis saturé”, assure-t-il. “On doit être à 3 semaines d’attente.” Et une fois la voiture à la casse, le parcours du combattant ne fait que commencer.

“Plus de nouvelles”

Depuis quelques mois, les témoignages d’automobilistes se multiplient. Ils ont beau avoir tout fait dans les règles et acheté une voiture propre, le versement de la prime se fait attendre. “On m’avait dit d’attendre 2 à 3 mois, puis plus de nouvelles… ça fait 8 mois !”, témoigne l’un d’eux. Un autre s’est entendu dire qu’il ne serait payé qu’au mois de mars 2019 : “De toute façon ils nous disent : ‘on n’a plus les fonds’.”

La prime à la conversion est victime de son succès : pour 100 000 primes prévues cette année par le Gouvernement, 190 000 ont déjà été accordées. Alors l’Agence de Services et de Paiement croule sous les appels, et les caisses sont vides. Le budget “prime à la conversion” a déjà du être rallongé par deux fois cet automne.

Un allongement notable des délais

En attendant, ce sont bien souvent les concessionnaires qui font l’avance de la prime à leurs clients. A Montpellier, un groupe de garages n’a plus touché de remboursement de l’Etat depuis septembre, et ne les attend pas avant janvier. “Au total, on en est à 1,1 million d'euros d’avance de la prime à la conversion”, estime Aude Mouly, directrice marketing du groupe Oxylio. “On est en attente d’un peu plus de 600 000 € de remboursements de prime.”

Contacté, le ministère de la Transition écologique reconnaît un allongement notable des délais de paiement dû au succès de la mesure. Un succès et des délais d’attente qui ne risquent pas de diminuer avec le doublement annoncé de la prime à la conversion.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.