Hausse des prix des carburants : FO veut "une prise en charge" des frais de transport" de "tous les salariés"

Le syndicat Force ouvrière a demandé lundi 18 octobre "une dynamique interprofessionnelle, au niveau national", pour faire face à l'augmentation des prix des carburants. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne fait le plein de gasoil dans une station-service de Marseille, le 13 octobre 2021 (illustration). (FRANCK PENNANT / MAXPPP)

Force ouvrière a plaidé, lundi 18 octobre sur franceinfo, pour "une dynamique interprofessionnelle, au niveau national", afin de permettre aux salariés de faire face à la hausse des prix des carburants. L'objectif, selon le secrétaire général du syndicat, est que "tous les salariés qui utilisent leur véhicule puissent bénéficier d'une prise en charge du coût du transport".

>> INFOGRAPHIE : Visualisez la hausse des prix de l'essence et du gazole, proches de leur record historique

Les prix des principaux carburants routiers ont poursuivi leur hausse lors de la semaine du 11 octobre, avec une augmentation de deux centimes par litre. Le gazole a atteint de nouveaux records, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique. 

Négocier à l'échelle de la convention collective

Selon Yves Veyrier, cette prise en charge viserait notamment les salariés "qui n'ont pas d'accès aux transports en commun du fait de leurs horaires ou du fait de l'éloignement"Pour cela, il faudrait mettre en place un dispositif "dans chacune des conventions collectives", a-t-il plaidé.  

Le patron de FO rappelle que le principe de la prime transport, que le syndicat avait "invoquée en 2018" au moment du mouvement des Gilets jaunes, avait été repris "dans le contexte de la loi d'orientation mobilité à la fin de l'année 2019", mais renvoyait "à des négociations au niveau de l'entreprise".

Ne pas mettre en difficulté les petites entreprises

Yves Veyrier reconnaît que "les très petites entreprises" vont invoquer la difficulté de verser cette prime. "C'est au gouvernement de regarder dans ces cas-là comment on peut le faire." Mais il martèle qu'il faut "une disposition d'ensemble qui ne mette pas en difficulté une entreprise par rapport à une autre".

Selon lui, "celle qui va mettre en place la prime transport se trouverait en difficulté face à un concurrent qui la mettrait pas en place". Tout ne peut pas être "renvoyé à la seule volonté du patron". Le patron de FO ajoute que cela doit concerner les salariés de tous les secteurs, "quel que soit leur emploi, leur métier ou  leur secteur d'activité".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.