"Gilets jaunes" : quelles revendications et quelles solutions politiques et économiques ?

En plateau, Nathalie Saint-Cricq, Justine Weyl et Alexandra Bensaïd s'intéressent au mouvement des "gilets jaunes" : revendications, solutions politiques et économiques... On fait le point.

France 2

À l'occasion de cette nouvelle journée de mobilisation nationale des "gilets jaunes", samedi 1er décembre, marquée par de nombreuses violences, les journalistes Nathalie Saint-Cricq, Justine Weyl et Alexandra Bensaïd s'intéressent au mouvement. À commencer par les revendications des gilets jaunes. Au départ, il n'y avait qu'une seule revendication : moins de taxes sur les carburants. Depuis, la liste s'est allongée.

Des revendications utopiques ?

"Cette semaine, les représentants des 'gilets jaunes' ont envoyé aux députés une quarantaine de doléances et l'éventail est très large. Ça va de l'augmentation du SMIC à 1 300 euros nets par mois, à l'instauration d'un salaire maximum de 15 000 euros par mois, (ndlr) requêtes sociales aussi, comme une pension de retraite minimum à 1 200 euros", explique Justine Weyl, qui note la présence d'idée emprunter tant à l'extrême gauche qu'à l'extrême droite. Comme Alexandra Bensaïd, la journaliste remarque que certaines revendications sont un peu utopiques et d'autres tout à fait sont envisageables.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron n\'a pas renoncé à augmenter les taxes sur le prix des carburants, mais il annoncé la mise en place d\'un mécanisme pour suspendre cete hausse lors des pics de prix à la pompe. Pas de quoi satisfaire ce \"gilet jaune\" de Dinan (Côtes-d\'Armor), le 17 novembre 2018.
Emmanuel Macron n'a pas renoncé à augmenter les taxes sur le prix des carburants, mais il annoncé la mise en place d'un mécanisme pour suspendre cete hausse lors des pics de prix à la pompe. Pas de quoi satisfaire ce "gilet jaune" de Dinan (Côtes-d'Armor), le 17 novembre 2018. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)