Cet article date de plus de deux ans.

"Gilets jaunes" : quelle suite pour la mobilisation ?

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
"Gilets jaunes" : quelle suite pour la mobilisation ?
Article rédigé par
France Télévisions

Les mobilisations du 17 novembre ont réuni plus de 280 000 manifestants selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Cette journée est-elle un succès pour les "gilets jaunes" ? La journaliste de France 3 Danielle Sportiello donne des éléments de réponse.

L'appel à la mobilisation a été entendu dans toute la France. Un bilan du ministère de l'Intérieur donné en début de soirée du 17 novembre fait état de 280 000 personnes mobilisées sur l'ensemble du territoire. Pour la journaliste de France 3 Danielle Sportiello, c'est donc un succès pour les "gilets jaunes" : "Ils ont déjà gagné la bataille de l'opinion, car, jusqu'à présent, les Français les ont soutenus", explique-t-elle. Les "gilets jaunes" ont réussi à mobiliser partout en France, "retraités comme actifs, pas les plus riches, pas les plus pauvres, des Français qui ont peur du déclassement, de basculer dans la pauvreté", précise la journaliste, ajoutant que "c'était le coeur de la France qui se mobilisait aujourd'hui, ces Français-là sont choyés par les chefs des partis d'opposition".

L'avenir de la contestation est incertain

Après cette mobilisation se pose la question de l'avenir du mouvement, car il a ses faiblesses. "Pas de leader, pas d'organisation, on ne sait pas s'il pourra durer et les revendications sont confuses, contradictoires : moins de taxes, moins d'impôts, mais plus de service public", rappelle Danielle Sportiello. Des demandes qui sont difficiles à servir pour l'exécutif, car on ne peut pas tout faire en même temps. "Le risque, pour le pouvoir, est celui d'un vote sanction aux prochaines élections européennes. Un risque qui est pris au sérieux, Christophe Castaner a dit que le gouvernement a entendu le message des Français. Reste à savoir quelles revendications l'exécutif est prêt à satisfaire", conclut la journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.