Mobilisation des "gilets jaunes" : ce que redoutent les policiers

Les "gilets jaunes", mécontents des promesses du Premier ministre, menacent de bloquer l'accès aux villes, aux aéroports, aux raffineries. Au total, plus de 1 500 actions sont prévues sur tout le territoire. 

FRANCE 2

Sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), des "gilets jaunes" forment une chaîne humaine jeudi 15 novembre et autour, des policiers surveillent la scène. "C'est un mouvement pacifique donc nous on est là juste au cas où", déclare un policier interrogé. Sur les réseaux sociaux, les "gilets jaunes" promettent pour samedi 17 novembre une journée de mobilisation d'ampleur nationale. Selon nos informations, plus de 1 500 actions sont attendues dans toute la France. Mais seulement une centaine de manifestations ont été déclarées à la préfecture.

2 500 policiers et gendarmes mobilisés

Ce que redoutent les policiers, c'est le caractère spontané de ce mouvement. "On ne sait pas comment gérer, les organisateurs sont inconnus. On est un peu sur un monde et une manifestation virtuels", déclare Philippe Capon, membre du syndicat de police Unsa. Pour encadrer ces manifestants, 2 500 policiers et gendarmes seront mobilisés, et en complément, des hélicoptères pour surveiller. Un dispositif renforcé, notamment sur des lieux sensibles comme l'Élysée (Paris) ou le périphérique parisien. Autre spécificité de ce rassemblement : certains policiers ont annoncé participer à cette journée de manifestations. La direction de la police nationale a rappelé que les policiers ne pouvaient pas manifester en tenue ni avec leurs véhicules de service.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants contre la hausse des prix des carburants dans les rues de Narbonne (Aude), dimanche 11 novembre 2018.
Des manifestants contre la hausse des prix des carburants dans les rues de Narbonne (Aude), dimanche 11 novembre 2018. (BIGOU GILLES / HANS LUCAS / AFP)