DIRECT. "Acte 5" des "gilets jaunes" : "Les ronds-points doivent être libérés", estime Christophe Castaner

L'acte 5 des "gilets jaunes" a marqué le pas, ce samedi, contrastant avec l'extrême tension des semaines précédentes.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Une mobilisation en net recul. Pour cet "acte 5" de la mobilisation, le mouvement des "gilets jaunes" s'est essoufflé, samedi 15 décembre, à Paris comme en régions. Quelque 66 000 personnes ont manifesté dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur. Elles étaient 126 000 il y a une semaine. 

"Les ronds-points doivent être libérés", a estimé sur Twitter le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, à l'issue de cette journée. "La journée se termine bien", "le dialogue doit maintenant rassembler l'ensemble de ceux qui veulent transformer la France", a conclu le ministre.

Des arrestations en nette baisse. Selon un point de la préfecture de police de Paris en début de soirée, 168 personnes ont été interpellées dans la capitale, dont 115 placées en garde à vue. On est loin des 1 082 de la semaine dernière. Les manifestations ont également fait 7 blessés.

 A Paris, quelques tensions sur les Champs-Elysées. Environ 500 "gilets jaunes" ont investi l'avenue des Champs-Elysées, quadrillée par un important dispositif de sécurité, et où la circulation est toujours fermée. De brèves tensions sont apparues en milieu d'après-midi. Des forces de l'ordre, encerclées, sifflées et parfois caillassées, ont répliqué par des tirs de balles de défense et de grenades lacrymogènes pour repousser des "gilets jaunes". Des projectiles ont été jetés sur des forces de l'ordre, mais la situation est restée contenue, bien loin des violents heurts observés lors des deux week-ends précédents.

La mobilisation continue en régions. A Toulouse, 4 500 "gilets jaunes" ont manifesté dans le centre-ville. Des échauffourées on éclaté, selon la préfecture qui recense 26 interpellations. France Bleu Gironde a dénombré 4 500 manifestants à Bordeaux, où 27 personnes ont été placées en garde à vue et 22 blessées. A Nantes, environ 1 200 personnes manifestent, selon la police, dans une certaine tension depuis le début d'après-midi. Deux policiers ont été blessés et 15 personnes arrêtées. A Marseille, 2 000 manifestants se sont rassemblés sur le Vieux-Port. Il y a eu 16 arrestations, et un policier blessé. Franceinfo résume les actions entreprises depuis ce matin dans les régions

Un important dispositif de sécurité. A Paris, 8 000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés, appuyés par 14 véhicules blindés de la gendarmerie. Le périmètre de protection des institutions, autour de l'Elysée, du ministère de l'Intérieur, de l'Assemblée nationale et de Matignon, est renouvelé. Quelque 69 000 forces de l'ordre seront déployées sur le territoire, selon le ministère de l'Intérieur, contre 89 000 samedi dernier.

Des contrôles préventifs. De nouveau, des contrôles en amont ont lieu sur les routes, dans les gares et les transports en commun menant vers Paris et les manifestants en possession de projectiles susceptibles d'être lancés contre les forces de l'ordre seront placés en garde à vue. Samedi dernier, près de 2 000 personnes avaient été interpellées, un record.

Deux accidents en marge du mouvement. Un conducteur est mort vendredi en fin de journée à Erquelinnes, commune frontalière belge, en percutant un camion arrêté par un barrage des "gilets jaunes" mobilisés côté français, rapporte la préfecture du Nord. Un autre accident est survenu le même jour dans l'Aisne. Une femme a été tuée dans une collision après avoir fait demi-tour pour éviter un barrage filtrant

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h29 : Interrogée dans le JDD, l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira se désole que la gauche n'ait pas réussi à incarner un débouché pour les revendications des "gilets jaunes" : "c'est à elle qu'il revient d'offrir un débouché politique à ce mouvement. La justice sociale, les conditions de travail, le niveau de vie, la mobilité, l'exclusion, la paupérisation, l'urbanisme qui isole : tous ces sujets sont ceux de la gauche."

23h21 : "Mon quotidien c'est d'avoir vu mon mari trois jours en un mois", témoigne une compagne de CRS. La présidente de l'association des Femmes de forces de l’ordre en colère explique sur franceinfo craindre pour la sécurité des policiers, mais soutient les revendications des "gilets jaunes". Son témoignage est à retrouver en longueur dans notre article.

23h12 : "Ce n'est pas la fin de la crise qui dure depuis des années, mais c'est la fin d'une séquence."

Interrogé dans Le Parisien, le ministre y voit le signe que le discours d'Emmanuel Macron a porté. "Les gens ont perçu que les annonces de la semaine dernière visaient à répondre aux attentes exprimées. Et le mouvement s'est déradicalisé en termes de violences". Il refuse de parler de victoire pour le gouvernement et jugeant qu'il allait falloir "donner du sens" face à une crise "toujours prégnante" et "profonde".

23h06 : #NOEL Journée difficile pour les commerçants de Paris rencontrés par France 2, à cause des manifestations.




(FRANCE 2)

21h12 : "Le gouvernement aurait tort de penser qu'il est sorti d'affaire s'il ne va pas plus loin."

Sur franceinfo, le député LFI réfute toute idée d'essoufflement de la mobilisation. "Nous pensons que le mouvement est extrêmement positif, ça a été une chance pour le pays parce qu'il fallait arrêter le projet mortifère d'Emmanuel Macron. Ce sont eux qui ont ouvert une brèche, dans laquelle d'autres se sont engouffrés, je pense par exemple aux lycéens."

20h16 : "Les ronds points doivent être libérés", réclame le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur Twitter.

20h09 : Bonsoir @Aveyron45, les matchs de foot accaparent plus de policiers que les matchs d'autres disciplines, car le risque d'affrontements est plus important (selon les affiches). Avec des nuances : dans une ville comme Clermont, c'est la marche des gilets jaunes qui a été un peu décalée pour laisser se dérouler... le match de rugby de l'ASM, qui affrontait Newport en Challenge européen en début d'après-midi.

20h08 : Bonsoir Pierre, pourquoi seuls les matches de foot ont été reportés ? Est-ce que les matches de rugby, pour prendre un autre sport qui attire du monde dans les stades, ou toute autre manifestation sportive ne mobilisent pas aussi des forces de l'ordre ?

20h02 : En ce qui concerne les chiffres, je vous renvoie au bilan de la préfecture de Haute-Garonne, qui fait état de 30 interpellations et 10 blessés en urgence relative (7 manifestants, 3 policiers).

Concernant les incidents, la préfecture indique que la situation n'est pas encore apaisée. Les manifestants eux se sont dispersés entre les allées Jean-Jaurès et la médiathèque Marengo, explique La Dépêche du Midi. Il resterait encore 200 manifestants pour en découdre avec les forces de l'ordre.

19h59 : Bonjour, Avez vous des infos concernant les gilets jaunes à Toulouse ? Encore merci pour votre travail

19h45 : A Lyon, la police a procédé à six interpellations dans le centre-ville où des affrontements entre "Gilets jaunes" et forces de l’ordre ont semé le trouble entre la place Bellecour, l’Hôtel-de-Ville et les quais.

19h42 : Le bilan des débordements en marge de la manifestation à Marseille a également été revu à la hausse : 16 interpellations, et un policier blessé. On ignorait en début de soirée, le degré de gravité de la blessure, fait savoir la préfecture de police. "La situation est sous contrôle, aucun magasin n'a été dégradé", indique un responsable de la DDSP des Bouches-du-Rhône.

19h34 : Vivement que cette minorité arrête de monopoliser l’attention des forces de l’ordre et des médias.Je suis fatigué de leurs barrages quotidiens.Moi aussi je veux vivre décemment mais même si je suis smicard, je n’embête personne!

19h33 : L'effet de la mobilisation c'est le manque de moyens financiers pour PAYER le trajet pour Paris !! les gilets sont inscrits dans l'histoire de France,ce n'est pas une fin en soi :va y avoir d'autres mobilisations "le Président n'en a pas terminé. En 2019, citoyens en place...

19h32 : Le mouvement des GJ est terminé... Ils n'ont jamais représenté l'ensemble des français...

19h32 : La question à un million d'euros, c'est "est-ce que le mouvement des gilets jaunes va s'arrêter ou pas"? Vous êtes très divisés à ce sujet dans les commentaires, alors qu'il n'y a pas encore de tendance qui se dégage pour un acte six.

19h26 : Nouveau décompte du ministère de l'Intérieur : 66 000 manifestants dans toute la France, contre presque deux fois plus la semaine dernière (125 000).

19h24 : @anonyme On va remédier à cela tout de suite. Et effectivement, là aussi, les manifestations se terminent mal, en général, depuis le début du mouvement. Selon France 3 Occitanie, il y a certes moins de manifestants (4 500 tout de même) mais beaucoup d'affrontements.

(JULIETTE MEURIN / FRANCE 3)

19h22 : On parle peu de Toulouse qui a été la ville où il y a eu les plus de manifestants.......Moins de dégâts , mais 30 arrestations et 10 blessés dont un journaliste et 3 policiers

19h12 : Focus sur ce qui se passe à Bordeaux avec les journalistes sur place.

19h08 : Ça chauffe aussi à Bordeaux ! Voiture en feu et mouvements de groupes dans le quartier Saint Michel Le direct de France 3 Nouvelle-Aquitaine.

19h07 : Dans les commentaires, nous signale que des incidents se multiplient à Bordeaux en fin de manifestation, et renvoie vers le direct de nos confrères de France 3.

19h02 : "La mobilisation a baissé, ce qui est de mon point de vue nécessaire. D'abord parce qu'il a été massivement répondu à leurs revendications et parce que le temps du dialogue est venu. L'heure n'est pas au combat, mais au débat."

Sur CNews, le président de l'Assemblée nationale s'est félicité du ralentissement du mouvement. Cette mobilisation en baisse, "il faut s'en réjouir", estime Richard Ferrand, qui espère que ce recul sera "le prologue aux fêtes de fin d'année" et "permettra de débuter l'année qui vient dans une volonté de débattre, de construire, d'échanger".

19h00 : Cher , vous avez dû manquer notre article sur la mobilisation région par région, ainsi que les points réguliers à l'antenne du PC mobilité de Radio France.

18h59 : Vous ne parlez jamais des obstructions de circulation créées par les gilets jaunes ?Par exemple des fermetures à la circulation sur l'A7 et l'A9.

18h46 : Les (nombreuses) stations de métro et de RER parisiennes fermées par précaution toute la journée commencent à rouvrir.

18h44 : Je passe la parole à ma camarade Juliette Campion qui vous a écrit un article sur le sujet pour demain matin : "Nous avons contacté le politologue Olivier Costa, directeur de recherche au CNRS et vous résumez parfaitement les quatre facteurs d'explications qu'il avance. Lui insiste particulièrement sur les mesures annoncées par Emmanuel Macron lundi qui ont participé à "diviser le mouvement et retourner l'opinion". Vous en saurez plus dans notre papier explicatif publié demain matin !"

18h43 : Qu'est ce qui explique d'après vous la baisse du nombre de GJ ? Les concessions d'Emmanuel Macron ? L'attentat de Strasbourg ? Les conflits internes après l'attentat sur les théories du complots ? La météo ?

18h43 : @anonyme Je me garderai bien de toute généralisation, la situation est différente dans chaque ville. Comme je l'écrivais dans l'entrée à laquelle vous faites référence, il y a eu des casseurs aussi en région, à Lyon, Saint-Etienne, mais aussi Toulouse, Nantes et Bordeaux. Tout comme il y a eu des manifestants pacifiques à Paris.

18h41 : Bonsoir Pierre. Faut pas rêver, il n'y a pas la gentille province d'un côté et les méchants casseurs parisiens de l'autre. Il y a aussi des gilets jaunes de province opportunistes et casseurs. Venez voir Toulouse et sa périphérie!

18h37 : @Vanilla Effectivement, à Tours, c'est compliqué de circuler, notamment en transports en commun...

18h36 : C'est la pagaille à Tours et Orléans pour circuler, évitez le secteur si vous pouvez !

18h36 : On défilait aussi en gilet jaune à Bruxelles : entre 400 et 500 personnes ont battu le pavé à Bruxelles. Une soixantaine d'entre eux ont été interpellés.

18h30 : La circulation a repris sur les Champs-Elysées. Peu de voitures s'y aventurent encore. Je ne sais pas si ce poireau qui avait été malicieusement déposé par un manifestant a été lui aussi exfiltré.

18h28 : Bonsoir @L'importance de la nuance en langue française. Je fais une différence entre les gens qui manifestent et ceux qui sont là pour casser, tout simplement. Lors de la conférence de presse du procureur de Paris Rémy Heitz dimanche dernier, ce dernier a fait la différence parmi les personnes interpellées entre des gens venus de province et d'autres qui s'étaient greffées sur le tard au mouvement pour piller des magasins. Même ordre d'idée à Saint-Etienne ou à Lyon.

18h28 : Bonsoir Pierre. Pourrait-on savoir de quoi voulez parler quand vous utilisez le terme "casseur" ? Pourquoi selon vous ces "casseurs" s'en prennent surtout à des banques ? Par ces temps où l'équilibre social est instable, je pense qu'il faut peser chaque mot.