Quatre questions sur les créneaux horaires dans les aéroports

Alors que Bruno Le Maire a annoncé une aide de 4 milliards d'euros à Air France, il a aussi précisé que la compagnie aérienne devra rendre 18 créneaux à Orly... Mais qu'est qu'un créneau horaire d'aéroport ?

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Bruno Le Maire a annoncé une aide de 4 milliards d'euros à Air France qui devra rendre 18 créneaux à Orly (SOPA IMAGES / LIGHTROCKET)

Invité de France Inter mardi 6 avril, Bruno Le Maire a annoncé une aide de l'État pour Air France, à hauteur de 4 milliards d'euros. Le ministre de l'Économie a également annoncé que l'État allait devenir le premier actionnaire de la compagnie aérienne française. En échange, Air France va devoir céder 18 créneaux horaires à Orly pour se conformer aux règles de la concurrence.

Qu'est ce qu'un créneau horaire d'aéroport ?

Les créneaux horaires aéroportuaires, qu’on appelle aussi les “slots”, sont des autorisations de décollage et d'atterrissage accordées aux avions des compagnies aériennes, en fonction d'un planning d’utilisation de l’aéroport.

Dans de nombreux aéroports, l'offre de créneaux horaires est supérieure à la demande des compagnies, mais dans les grandes villes européennes, comme Paris, Londres ou encore Francfort, il y a une pénurie de ces créneaux horaires.

Qui distribue ces créneaux horaires ?

Dans chaque pays il y a un coordonnateur qui se charge de la distribution des créneaux horaires entre les compagnies aériennes. En France, c'est la "COHOR" (l'association pour la coordination des horaires) qui, par un arrêté du 22 février 2017, a été nommée en tant que "coordonnateur ou facilitateur d'horaires sur certains aérodromes". Elle a aussi pour mission de surveiller la façon dont ils sont utilisés.

Ainsi, deux fois par an, en mars, puis en novembre, les coordonnateurs du monde entier et les compagnies se retrouvent, pour un grand marché du créneau horaire afin de "participer aux conférences internationales de planification des mouvements d’aéronefs des transporteurs aériens dans le respect du droit communautaire".

Y-a-t-il beaucoup de changements lors de l'attribution des créneaux ?

Pas vraiment, car une compagnie qui a exploité un créneau horaire sur une période, peut prétendre de manière automatique à ce même créneau pour la période suivante. Il lui suffit d'avoir occupé ce créneau à hauteur d'au moins 80% du temps.

Ainsi des compagnies historiques, comme Air France, possèdent une majorité de "slots" dans de grands aéroports, tel qu'Orly. Néanmoins, des créneaux peuvent parfois se libérer quand une compagnie fait faillite. Ainsi, après la liquidation judiciaire d'Aigle Azur en septembre 2019, la COHOR avait redistribué, quelques mois plus tard, les 12 335 créneaux horaires laissés vacants à Paris Orly. Les nouveaux arrivants sont alors les premiers servis comme ce fut le cas pour pour "Lufthansa", "HOP!" et "Wizz Air" qui avaient alors reçu 1 460 créneaux chacun.

Une compagnie aérienne peut-elle acheter des créneaux horaires ?

En Europe, officiellement, non, mais cela n'empêche pas les deals. Il peut y avoir tout d'abord des échanges de "slots" entre compagnies avec parfois une compensation financière quand il y a un déséquilibre entre l'importance du créneau que l'on cède et celui que l'on obtient. Par exemple, à Londres, on a vu des créneaux horaires s'échanger pour plus de 26 millions d'euros

Autre moyen de libérer des créneaux : Une compagnie aérienne, qui serait en grande difficulté, peut demander des aides publiques à l'État. En échange, la Commission européenne lui demandera de céder des créneaux à d'autres compagnies pour favoriser la concurrence. C'est ce qui est arrivé à Lufthansa qui a dû céder des créneaux à Munich et Francfort. Et c'est ce qui arrive aujourd'hui à Air France avec la cession de 18 "slots" d'Orly en échange de 4 milliards d'euros d'aides de l'État français. 18 créneaux, "cela représente 4% des créneaux dont dispose Air France sur Orly" a précisé mardi 6 avril le ministre de l'Économie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.