Fatigue des pilotes, sécurité des vols, gaspillage énergétique : un syndicat alerte le gouvernement sur la politique d'Air France

Le syndicat de pilotes Alter minoritaire met en garde le ministre délégué aux Transports contre "une fatigue chronique déraisonnable" qui met en péril la sécurité des vols. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le syndicat Alter, qui représente les pilotes Air France, alerte le gouvernement sur leurs conditions de travail. Image d'illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le syndicat de pilotes Alter a alerté le gouvernement le 20 juillet dernier sur la politique d'Air France, a appris ce mercredi franceinfo auprès de l'organisation. Devant l'absence de réponse du ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune, le troisième syndicat des pilotes a décidé de rendre publique sa lettre mercredi 17 août. Il y met notamment le ministre en garde contre "une fatigue chronique déraisonnable" au sein de la profession. "Outre l'impact sur la sécurité des vols", "l'ambition de rendement" du directeur général d'Air France Benjamin Smith fait "exploser les risques psychosociaux", estime Alter dans sa lettre.

"Notre entreprise maintient son programme ambiteux de reprise malgré un sous-effectif", s'inquiète le syndicat, citant notamment un manque de personnel chez les pilotes, les hôtesses et stewards ou encore les agents au sol. "Cela se traduit par des vols construits aux limites et des repos minimums." Alter prévient le ministre délégué Clément Beaune que les objectifs "irréalistes" du DG d'Air France conduisent en outre à des "violences managériales". Selon l'organisation, "10% des pilotes d'Air France se déclarent" d'ailleurs "en état de dépression".

Interroger aussi l'impact écologique du transport aérien

Dans sa lettre ouverte, le syndicat de pilotes minoritaire alerte en outre "sur le positionnement du Groupe Air France en matière d’efficience énergétique". "Un exemple parmi d’autres concerne l’emport de carburant pour raison économique. En moyenne, cette pratique augmente la consommation de carburant et les émissions de CO2 de 6 %." Pour Alter, "Air France n'hésite pas à gaspiller si cela améliore la rentabilité".

Passant au crible toute la politique de la compagnie, l'organisation syndicale souhaite également attirer l'attention du ministre sur les récentes réorganisations des créneaux de décollage d'Air France. "L'utilisation est optimisée pour l'activité plus rentable de sa filiale Transavia, à savoir les vols loisirs, au détriment de l'aménagement du territoire et des contribuables." Alter se plaint également du choix porté sur l'Airbus A220 pour remplacer l'A320. "Des retards de formation conduisent la compagnie à faire appel à des pilotes instructeurs d'Airbus Canada, sans que cela ne garantisse un niveau de sécurité acceptable."

Dans sa lettre du 20 juillet restée donc sans réponse, le syndicat Alter regrettait déjà que le prédecesseur du ministre délégué Clément Beaune ait "fermé les yeux" malgré de nombreuses alertes. Le 25 juin, l'organisation syndicale avait appelé à la grève en raison d’un "danger grave et imminent sur la fatigue des pilotes" qui estimaient avoir effectué certains vols "pas raisonnables".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Air France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.