VIDEO. "J'ai mal réagi mais je me suis défendu" : le boxeur Christophe Dettinger explique pourquoi il a frappé des gendarmes

Dans une vidéo enregistrée avant son interpellation et publiée sur Facebook, cet homme de 37 ans revient sur les accusations de violence dont il fait l'objet.

L\'ancien boxeur Christophe Dettinger s\'explique sur son geste contre des gendarmes mobiles, le 7 janvier 2019 sur Facebook.
L'ancien boxeur Christophe Dettinger s'explique sur son geste contre des gendarmes mobiles, le 7 janvier 2019 sur Facebook. (FACEBOOK)

"Je voulais vous présenter les choses comme je le sens." Dans une vidéo diffusée sur Facebook après son interpellation, lundi 7 janvier, Christophe Dettinger, un ancien boxeur, explique pourquoi il s'en est pris violemment à des gendarmes mobiles lors d'une manifestation des "gilets jaunes" le 5 janvier à Paris. "Je me suis fait gazer et à moment la colère est montée en moi, oui j'ai mal réagi, mais je me suis défendu", raconte-t-il.

Christophe Dettinger comparaît mercredi 13 février à Paris pour avoir violemment frappé ces deux gendarmes lors du huitième samedi de mobilisation des "gilets jaunes". Ecroué depuis le 9 janvier dans l'attente de son procès, cet ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers doit répondre devant le tribunal correctionnel de "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique", un délit passible de sept ans d'emprisonnement.

>> DIRECT. Suivez le procès de Christophe Dettinger

L'homme, dont la voix et le visage sont aisément reconnaissables sur cette vidéo, diffusée sur Facebook par une femme qui se présente comme sa belle-sœur, commence par raconter qu'il participe au mouvement depuis le début. "Je suis un 'gilet jaune', j'ai la colère du peuple en moi, assure-t-il. Je vois tous ces présidents, ces ministres, tout l'Etat se gaver et se pomper, ils ne sont même pas capables de montrer l'exemple, ils se gavent sur notre dos."

"J'ai vu la police faire mal à des gens"

Au cours de ces manifestations, il explique avoir vu "la répression". "J'ai vu la police nous gazer, j'ai vu la police faire mal à des gens, avec des flash-balls, j'ai vu des gens blessés, j'ai vu des retraités se faire gazer, j'ai vu plein de trucs", énumère-t-il. Des violences policières qui expliquent, selon lui, son geste de samedi.

Je me suis fait gazer et à moment la colère est montée en moi, oui j'ai mal réagi, mais je me suis défendu.Christophe Dettingersur Facebook

Le boxeur retraité, qui appelle les "gilets jaunes" à poursuivre le mouvement, annonce ensuite qu'il compte se rendre. C'est ce qu'il a fait lundi à la mi-journée.

L'ancien professionnel, âgé de 37 ans, a été filmé, samedi 5 janvier, en train de frapper des gendarmes mobiles sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, à Paris. L'enquête a montré que ses gants n'étaient pas "coqués", c'est-à-dire renforcés avec du plomb, contrairement à ce qu'indiquait initialement une source policière à France 2D'autres images montrent un individu qui lui ressemble en train d'asséner des coups de pied à un gendarme mobile au sol.