VIDEO. "Gilets jaunes" : la ministre des Outre-mer échange avec le militant controversé Etienne Chouard

Un des cortèges parisiens des "gilets jaunes" a fait une halte devant le ministère des Outre-mer, aujourd'hui à Paris.

La ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, le 23 janvier 2019 à l\'Elysée.
La ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, le 23 janvier 2019 à l'Elysée. (MAXPPP)

La rencontre a eu lieu devant son ministère, où un cortège de "gilets jaunes" avait décidé de manifester. La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a échangé quelques minutes, samedi 26 janvier, avec Etienne Chouard, l'homme qui défend depuis plusieurs années la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC). Un militant qui est également controversé pour avoir, par le passé, marqué son intérêt pour l'essayiste d'extrême droite Alain Soral, avant de s'en démarquer.

"On n'est pas complètement d'accord sur tout, donc c'est super qu'on puisse en débattre", a déclaré la ministre au sujet du RIC, en s'adressant à Etienne Chouard. "On ne peut pas tout remettre en question ou tout proposer en matière de référendum, donc il y a forcément des limites à mettre... sur tout ce qu'on fait d'ailleurs !" a-t-elle poursuivi.

"Vous croyez vraiment que tout le monde n'essaye pas d'apporter des réponses ?"

Etienne Chouard a admis que des "procédures" devraient être mises en place pour "empêcher de réagir trop vite, ne pas écouter tous les points de vue avant de voter au référendum". Mais il s'oppose à ce que certains sujets, comme celui portant sur les impôts, soient "interdits", exclus des thèmes pouvant faire l'objet d'un référendum.

"Moi, je suis pour qu'on ait un lien avec les citoyens beaucoup plus renouvelé que ce qu'on a aujourd'hui", a assuré Annick Girardin, faisant part de sa volonté "de les faire participer davantage à la décision". "Je vous invite tous, ceux qui veulent parler de l'Outre-mer, à venir lundi ou mardi me rencontrer, et au-delà à participer à toutes les rencontres qui se font", et "au grand débat", a-t-elle poursuivi.

A un manifestant qui s'étonnait que la question des taxes et du pouvoir d'achat ne soit pas réglée rapidement, la ministre des Outre-Mer a répliqué : "Vous croyez que les membres du gouvernement, que les parlementaires, les représentants du peuple ne le savent pas ? Vous croyez vraiment que tout le monde n'essaye pas d'apporter des réponses ? Je ne reste pas dans mon bureau ! Comme la plupart des membres du gouvernement, on est sur le terrain, on côtoie les gens."