Un sénateur veut punir de 15 000 euros la diffusion d'images des forces de l'ordre

Jean-Pierre Grand, sénateur de l'Hérault, veut ainsi protéger la sécurité des policiers et des gendarmes.

Un policier lors d\'une manifestation, le 21 septembre 2019 à Paris.
Un policier lors d'une manifestation, le 21 septembre 2019 à Paris. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

C'est une proposition qui fait polémique. Le sénateur Les Républicains de l'Hérault, Jean-Pierre Grand, a déposé en commission des lois un amendement à la proposition de loi de "lutte contre la haine" sur internet. Ce texte propose de punir de 15 000 euros d'amende "la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support, de l'image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires ou d'agents des douanes". A l'heure actuelle, rien n'empêche de filmer ou de photographier des policiers.

"A l'occasion de mouvements sociaux comme celui des 'gilets jaunes', les forces de l'ordre ont été régulièrement filmées par des manifestants dans le cadre de leur opération de maintien de l'ordre. Ainsi de nombreuses images de policiers ont été diffusées sur les réseaux sociaux, les rendant facilement identifiables et donc potentiellement des cibles avec leur famille (conjoint et enfants)", justifie le sénateur. Deux autres amendements, déposés par le même élu, proposent d'interdire l'enregistrement de telles images et la divulgation de l'identité des policiers.

Des violences policières filmées

Plusieurs voix, comme celle du journaliste David Dufresne ou de l'avocat Arié Alimi, se sont élevées pour dénoncer une atteinte à la liberté d'information, alors que plusieurs policiers ou gendarmes ont été filmés en train de commettre des violences sur des manifestants ces derniers mois.