Salaire de Chantal Jouanno : "Ils sont environ 500 à gagner plus que le président de la République"

Après les révélations sur le salaire de Chantal Jouanno, le journaliste de l'Obs Vincent Jauvert rappelle sur franceinfo qu'en France, un débat au Sénat avait permis de révéler que beaucoup "des patrons des hautes autorités administratives étaient extrêmement bien payés", "pour un travail minime".

Chantal Jouanno, le 15 novembre 2014, à Paris.
Chantal Jouanno, le 15 novembre 2014, à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Alors que le salaire de 14 700 euros brut par mois de la présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno, suscite la polémique en pleine crise des "gilets jaunes", le journaliste de l'Obs Vincent Jauvert explique sur franceinfo qu'en France, "ils sont environ 500 à gagner plus que le président de la République". L'auteur du livre Les Intouchables d'Etat, bienvenue en Macronie, rappelle par ailleurs qu'un débat au Sénat avait permis de révéler que beaucoup "des patrons des hautes autorités administratives étaient extrêmement bien payés" (...) "pour un travail minime."

franceinfo : Comment est fixé un salaire tel que celui de Chantal Jouanno ?

Vincent Jauvert : C'est un mystère, notamment pour Chantal Jouanno, puisque lorsque l'on regarde le "jaune budgétaire" [un document annexé au projet de loi de finances], c'est-à-dire le document budgétaire dans lequel est indiqué ce salaire, ce qui est d'ailleurs la première fois, il est indiqué qu'on attend les textes réglementaires afférents à ce salaire. Donc, c'est le pouvoir exécutif : le président de la République, le secrétaire général de l'Elysée ou le directeur de cabinet du Premier ministre, qui fixe ou qui a fixé cette rémunération pour quelqu'un qui a soutenu Emmanuel Macron, comme "constructive" en mai 2017, au moment où Emmanuel Macron a fait des appels du pied à la droite et au centre.

Quand Chantal Jouanno dit que ce salaire est fixé par la loi, elle se trompe ?

J'aimerais bien qu'elle me montre cette loi qui fixe ce montant-là. Le seul texte que l'on connaisse aujourd'hui est un décret de 2002 fixant les rémunérations lorsqu'on assiste à la Commission nationale du débat public. Mais depuis, la Commission a changé de forme. Il y a des textes sur le fonctionnement de cette commission, sur son champ d'application. Mais je ne vois pas - à elle de le montrer - un texte de loi fixant la rémunération.

Ce salaire est-il justifié, est-il au même niveau que la rémunération d'autres acteurs institutionnels ?

Au même niveau oui. Justifié, ce n'est pas à moi de le dire. Ils sont environ 500 dans l'Etat à gagner plus que le président de la République, c'est-à-dire ce niveau-là de rémunération ou au-dessus. Ce qui m'a beaucoup choqué lorsque j'ai écrit Les Intouchables d'Etat, c'est que pendant des années, toutes ces rémunérations n'étaient pas publiques. Il a fallu attendre - et c'est un point favorable pour François Hollande et Michel Sapin - que des lois soient prises, des décrets, pour que ces rémunérations soient rendues publiques. Pour les présidents de haute autorité administrative, il a fallu attendre ce "bleu budgétaire" [un autre document annexé au projet de loi de finances] pour connaître ces rémunérations. Il y avait eu un débat, organisé par M. Mézard, qui était sénateur à l'époque, qui avait auditionné l'ensemble des patrons des hautes autorités administratives, en leur posant des questions sur leurs salaires et sur leurs fonctions réelles. Je conseille à tous les Français d'aller le lire. C'est hallucinant de voir à quel point ces gens-là étaient extrêmement bien payés, et pour beaucoup - je ne dis pas que c'est le cas de Madame Jouanno - pour un travail minime.