Prime de Noël : les entreprises sont partagées

Deux entreprises de Côte-d'Or envisagent de verser la prime exceptionnelle, mais chacune a choisi une stratégie différente. 

FRANCE 3

Dans une PME de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or), les 17 charpentiers couvreurs recevront tous une prime exceptionnelle à Noël. L'annonce n'est pourtant pas liée à une rentrée d'argent excédentaire. Ils recevront entre 250 et 700 euros par salarié suivant leur ancienneté dans l'entreprise. Ces hommes travaillent toute l'année sur cinq chantiers différents avec un salaire moyen de 2 000 euros nets. Peu d'entre eux étaient parmi les "gilets jaunes", mais les annonces du gouvernement pour apaiser cette crise restent les bienvenues. "C'est toujours bien une prime, ça nous motive", témoigne un des employés.

Date limite : le 31 mars 2019 ?

Dans une TPE dijonnaise, on est beaucoup plus timorés. La prime est certes envisagée, mais le patron, Fabien Baumann, considère qu'il n'a pas encore toutes les données pour la mettre en pratique avant Noël. Il a notamment des doutes sur le calendrier à mettre en place pour verser les primes par rapport aux affaires de son entreprise. Un projet de loi du gouvernement prévoit d'autoriser le versement de ces primes jusqu'au 31 mars 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des employés de la société de jeux vidéo Ubisoft, à Villeurbanne. (illustration)
Des employés de la société de jeux vidéo Ubisoft, à Villeurbanne. (illustration) (PHILIPPE DESMAZES / AFP)