Prime de fin d'année : "Il faut bien comprendre que ce n'est pas automatique", prévient le président du Medef

"Ce sera évidemment en fonction de la rentabilité des entreprises", a prévenu Geoffroy Roux de Bézieux, sur Europe 1.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux, le 30 août 2018, à Paris.
Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux, le 30 août 2018, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Qui aura le droit à une prime de fin d'année ? Pas tous les salariés, prévient le Medef. Lundi 10 décembre, Emmanuel Macron a prié les employeurs "qui le peuvent" de verser à leurs salariés une prime exceptionnelle exemptée de tout impôt et de toute charge. De grandes entreprises comme Orange et Publicis se sont engagées à faire un geste pour leurs employés... mais cette prime n'aura rien d'automatique, a rappelé le président du Medef.

"Ce sera évidemment en fonction de la rentabilité des entreprises", a prévenu le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, sur Europe 1, mardi 11 décembre, en précisant que son entreprise, spécialisée dans l'huile d'olive haut de gamme, y consentirait "à titre d'exemple""Il faut bien comprendre que ce n'est pas automatique. Les entreprises du commerce qui viennent de passer deux mois catastrophiques, ça sera certainement plus compliqué que dans d'autres secteurs."

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a fait savoir sur Twitter qu'il "répondrait présent à l'effort de solidarité nationale" car, a-t-il justifié, "il est temps (...) de rassembler toutes les bonnes volontés pour repartir de l'avant, en n'oubliant pas le message des 'gilets jaunes'". Publicis a pour sa part promis une prime de 1 000 euros à tous ses salariés touchant moins de 2 500 euros bruts par mois.