Péages endommagés : le contribuable va-t-il payer ?

Lundi 17 décembre dans la nuit, un péage sur l'A50 près de Bandol (Var) a été incendié. La facture des dégâts s'élève à plusieurs millions d'euros. 

France 2

Un nouveau péage a été incendié dans la nuit de lundi 17 décembre à Bandol (Var). Rien que pour la société d'autoroute Vinci, 250 sites ont été endommagés. Cela représente plusieurs dizaines de millions d'euros selon le groupe. Les assurances devraient prendre en charge une partie des coûts, mais le contribuable pourrait bien être mis à contribution. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, interrogé sur France Inter, estime en effet que l'État "va devoir payer une grande partie de la facture". Le gouvernement étudiera les dégradations au cas par cas. L'État mettrait la main à la poche seulement s'il est prouvé que les forces de l'ordre ne sont pas intervenues à temps.

Vinci renonce à demander le remboursement des droits de péage 

Pendant les manifestations, certains "gilets jaunes" ont levé les barrières de certains péages d'autoroutes, rendant l'accès gratuit. Des milliers de conducteurs n'ont pas acquitté leur droit de passage. Vinci vient de renoncer à demander la régularisation du paiement des péages auprès de chaque conducteur.  Une idée qui a fait réagir le gouvernement. Les sociétés d'autoroutes sont reçues mardi 18 décembre au soir au ministère des Transports. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le péage de Narbonne vandalisé en marge de la mobilisation des \"gilets jaunes\" le 3 décembre 2018.
Le péage de Narbonne vandalisé en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" le 3 décembre 2018. (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)