Mesures d'urgence "gilets jaunes": trois ménages sur quatre gagnants selon l'OFCE

L'Observatoire français des conjonctures économiques a fait les comptes après les annonces du gouvernement en fin d'année. 

Des \"gilets jaunes\" manifestent dans Paris, le 26 janvier. 
Des "gilets jaunes" manifestent dans Paris, le 26 janvier.  (ALAIN JOCARD / AFP)

L'OFCE, l'Observatoire français des conjonctures économiques, a passé au crible les mesures annoncées en décembre par le gouvernement pour répondre à la crise des "gilets jaunes" : hausse de la prime d'activité, défiscalisation des heures supplémentaires, report de la taxe carbone. Selon l'étude de l'OFCE publiée mardi 29 janvier, trois ménages sur quatre, soit 20 millions de ménages, devraient être gagnants grâce à ces mesures.  

La classe moyenne gagnante

Leurs revenus devraient augmenter en moyenne de 440 euros sur un an. Ce sont essentiellement les classes moyennes qui sont concernées, comme l'explique Pierre Madec, économiste à l'OFCE : "À la fois les actifs à bas revenus au travers des mesures annoncées sur la prime d'activité. Mais aussi les actifs au sens large, avec la défiscalisation des heures supplémentaires, la nouvelle baisse des cotisations, la taxe d'habitation. Toutes ces mesures-là, elles profitent clairement aux classes moyennes."  

6,5 millions de ménages sont, en revanche, perdants. Ce sont pour la moitié d'entre eux des retraités aisés qui sont mis à contribution, mais il y a également des ménages modestes qui voient leurs revenus baisser, précise Pierre Madec : "Il y a un tiers des perdants qui se trouve dans les 20% des ménages les plus pauvres en France. Eux ils perdent, parce qu'il y a un nouveau mode de calcul des APL, et qu'on gèle un certain nombre de prestations sociales." Cela représente en moyenne une perte de 300 euros par an.

Déficit et croissance en hausse

Au total, le gouvernement investit plus de 10 milliards d'euros en faveur du pouvoir d'achat avec ces mesures fiscales en réponse à la crise des "gilets jaunes". Selon l'OFCE, ces mesures vont creuser le déficit public, qui repassera au-dessus du seuil de 3%, mais elles entraînent également une hausse de la croissance de 0,3%, l'impact est donc plutôt positif pour l'Observatoire, pour qui ces mesures représentent un "vrai tournant dans la politique fiscale et sociale".