Manifestations à Paris : la police craint une montée de violences

Audrey Goutard fait le point sur le dispositif de sécurité et les raisons d'un tel déploiement. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Des mesures exceptionnelles sont prises pour protéger la capitale des violences possibles samedi 8 décembre. "C'est inédit par rapport au nombre de manifestants", précise Audrey Goutard sur le plateau de France 2. Il y avait plus de manifestants pendant la loi travail. Alors si le déploiement est plus important c'est parce que les autorités notent une montée d'un cran de la violence", poursuit la journaliste. Cette violence est "d'origine multiple". Les Blacks blocs annoncent une "mobilisation massive à Paris et partout où il y a lieu de pouvoir. Il y a également "des 'gilets jaunes' radicalisés qui considèrent que seule la violence permet d'obtenir un résultat".

Un risque terroriste toujours présent 

De plus, la police doit toujours faire face à un risque terroriste. "La DGSI dit noter une agitation parmi les réseaux islamistes qu'ils surveillent". Enfin, les manifestations lycéennes compliquent la tâche aux forces de l'ordre. En effet, "le pire cauchemar des policiers aujourd'hui est qu'un jeune ado qui manifeste samedi soit une victime de casseurs ou des confrontations policières". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un officier de police à Bordeaux, le 4 décembre 2018. 
Un officier de police à Bordeaux, le 4 décembre 2018.  (NICOLAS TUCAT / AFP)