Loi "anti-casseurs" : un revers pour le gouvernement

En direct du Conseil constitutionnel, le journaliste Julien Gasparutto fait le point sur le rejet d'un article de la loi "anti-casseurs".

France 3

Les sages ont jugé anticonstitutionnel un article sur l'interdiction de manifester dans la loi "anti-casseurs". "Le gouvernement s'attendait à ce que cet article 3 fasse débat, mais il était plutôt confiant, c'est donc clairement un revers", analyse Julien Gasparutto, en direct du Conseil Constitutionnel à Paris. "'Une mauvaise nouvelle, mais pas pour autant un camouflet', assure l'exécutif. Premièrement, car devant le débat suscité par ce texte, y compris dans la majorité, le chef de l'État avait lui-même saisi le Conseil constitutionnel et ce soir [jeudi 4 avril], l'entourage d'Emmanuel Macron se félicite d'avoir répondu, je cite, 'de la manière la plus saine à ces interrogations'", explique le journaliste.

Aucune autre modification 

"Deuxièmement, l'exécutif préfère voir le verre à moitié plein, et retient surtout que la majeure partie des articles a été validée", indique Julien Gasparutto. Le gouvernement a donc pris acte de la décision et la loi devrait être appliquée sans plus de modifications. "L'option de réécrire un nouvel article semble ce soir ne pas être à l'ordre du jour", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, lors d\'une cérémonie d\'hommage aux soldats de la seconde guerre mondiale, le 31 mars 2019, dans les Alpes.
Emmanuel Macron, lors d'une cérémonie d'hommage aux soldats de la seconde guerre mondiale, le 31 mars 2019, dans les Alpes. (LUDOVIC MARIN / AFP)