"J'ai craqué, j'ai repris la voiture" : des usagers du train racontent ce qui les a contraints à renoncer

Prendre le train plutôt que la voiture pour échapper à la hausse des prix du carburant : l'argument est régulièrement avancé, en plein mouvement des "gilets jaunes". Mais les désagréments du réseau ferroviaire poussent parfois certains usagers à reprendre le volant. Franceinfo a recueilli les témoignages de ceux qui ont dû s'y résigner.

Une voiture arrêtée devant un passage à niveau alors qu\'un TER circule, à Flêtre (Nord), le 14 janvier 2013.
Une voiture arrêtée devant un passage à niveau alors qu'un TER circule, à Flêtre (Nord), le 14 janvier 2013. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Jusqu'à la mi-mars, chaque matin, Isabelle prenait sa voiture pendant huit minutes, se garait sur le parking de la petite gare de Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), s'engouffrait dans un TER puis montait dans un bus pour, enfin, atteindre son lieu de travail, à Angoulême. Au total, 50 minutes de trajet, contre 25 en voiture. "Ce n'était pas gênant, car je commence le travail à 9 heures", relate cette secrétaire administrative de 52 ans, qui énumère les avantages du train. "C'est pratique, on consomme moins, c'est plus confortable. Avec une amie, on le prenait ensemble."

Mais le train, pour Isabelle, c'était avant. Avant que la ligne TER Angoulême-Limoges ne soit suspendue pour "un problème de géométrie des voies". Finalement, les travaux prévus n'ont jamais été réalisés et la ligne reste fermée. "On nous a dit que la ligne était pourrie, trop dangereuse pour les usagers", commente Isabelle, qui renvoie aux articles de La Charente libre. Le Monde aussi en a parlé. La SNCF a mis en place des bus de remplacement pour pallier ce manque. "Mais ils sont complets car il n'y en a pas assez", affirme Isabelle, qui explique qu'une quarantaine de personnes prenaient ce TER chaque jour. 

Alors si en plein mouvement des "gilets jaunes", les automobilistes sont invités à laisser leur voiture au garage pour privilégier les transports en commun, la quinquagénaire, elle, a repris le volant. Quelque 70 kilomètres parcourus chaque jour et deux pleins d'essence chaque mois. C'est là que le bât blesse. "Je payais 34 euros par mois pour le train et le bus. Là, en voiture, je paie 130 euros", calcule Isabelle. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder un vase bien plein. Déjà remontée par "une taxe foncière et une taxe d'habitation élevées", ainsi que des "grosses factures de fioul pour sa chaudière" – elle n'a pas envie de se chauffer à l'électricité ou autrement – Isabelle a participé aux blocages organisés par les "gilets jaunes", samedi 17 novembre. Et envisage de réitérer son action samedi 24.

"Si le train revient, je le reprends immédiatement"

Pour Corinne, ce n'est pas le TER, mais le TGV entre Quimper (Finistère) et Lorient (Morbihan) qui a été supprimé. "Juste avant l'été 2017, la SNCF a décidé de revoir la circulation et le nombre des trains pour améliorer la ligne et mettre Paris à 3 heures de Lorient. Depuis, mon TGV de 8h06 est supprimé", regrette cette assistante sociale de 55 ans, qui effectuait ce trajet depuis deux ans. "Pendant des années, j'ai pris ma voiture pour aller travailler à Lorient. Quand mon service a déménagé pour s'installer près de la gare, j'ai opté pour le train, matin et soir." Elle avait sauté sur l'occasion : "Dans le train, je pouvais lire et je n'avais pas la fatigue de la route et la tension nerveuse." Elle aussi passait son trajet avec une amie.

Aujourd'hui, Corinne fait "parfois la route" avec cette amie. Car elle s'est résignée à reprendre la voiture, mais "avec regret et une fatigue supplémentaire". "Je travaille dans un service qui ouvre à 9 heures. La SNCF me propose un train qui me dépose à 8h32 à Lorient, soit 30 minutes en avance, ou d'arriver à 9h52, ce qui est un peu tard, déplore-t-elle.

Dire que je ne suis pas très écolo parce que je reprends ma voiture, c'est un peu facile.Corinne, salariée à Lorientà franceinfo

"Si demain, le train revient, je le reprends immédiatement", promet Corinne. Répondant à un appel à témoignages publié sur franceinfo, elle n'est pas la seule à nous avoir confié ne plus trouver l'horaire qui correspond à ses besoins, et abandonner le train avec grand regret. Retards, annulations, affluence dans les trains... Chaque cas est particulier, mais traduit, dans les toutes petites gares, le sentiment de voir un mode de transport public s'amenuiser, pour ces personnes qui vivent en milieu rural, par choix, ou parce que leur budget ne permettait pas de s'installer en ville. A contrario, la SNCF, contactée par franceinfo, affirme que "le 'retour au train' entamé en 2017 se confirme cette année". L'entreprise se targue d'avoir transporté 336 millions de voyageurs en 2017, soit six millions de plus qu'en 2016.

Des trajets en TER devenus "un véritable enfer"

"J'ai pris le train pendant sept ans entre Chamelet [NDLR : un village de 650 habitants dans le Rhône] et Lyon. Le soir, il n'y a que deux trains directs. Je prenais celui de 17h16, qui arrive à 18h04. Il avait souvent un quart d'heure de retard. Si c'était plus, ou si je le ratais, j'arrivais après la fin de la garderie. Je passais donc le trajet à appeler plusieurs personnes pour trouver quelqu'un qui aille chercher mes enfants", témoigne Aude, assistante administrative de 38 ans qui vit seule avec ses deux enfants. Il y a aussi les problèmes de desserte. "Parfois, le train arrivait à la gare de Lyon-Part-Dieu et parfois, à celle de Lyon-Vaise, on n'était pas prévenus, ou alors au dernier moment." Des horaires qui changent chaque année et des guichets qui ferment. "A force, on comprend qu'on est la petite ligne", résume Aude, adhérente à une association d'usagers active sur Facebook.

Début 2017, Aude a appris que la ligne serait fermée pendant six mois pour travaux et le train, remplacé par des bus. "Là, j'ai craqué. J'ai repris la voiture. En train, je mettais 1h15 pour aller de mon domicile au travail quand il n'y avait pas de retards, sinon 1h30. En voiture c'est plus aléatoire, entre une heure et 1h40. Mais je n'ai pas la peur de me dire 'comment je fais, est-ce que je prends un taxi, est-ce que je vais rentrer tard ?'" Récemment, elle a changé de travail et n'a plus qu'une demi-heure de voiture à effectuer. Un gain de temps pour sa vie familiale.

Marion, maman d'une petite fille, partage ce constat. Elle n'a pas réussi à concilier ses trajets en train et sa vie de famille.

C'est la mort dans l'âme que j'ai fait le choix de reprendre la voiture car le TER n'est clairement pas adapté aux gens actifs !Marion, habitante d'un village de Girondeà franceinfo

"Et alors quand vous avez des contraintes horaires avec l'assistante maternelle qui garde votre enfant, je ne vous en parle même pas", poursuit-elle. Marion raconte qu'en 2016, alors qu'elle habitait à Cazaux, village près du bassin d'Arcachon (Gironde), elle a choisi de reprendre ses études. "Pour aller à la fac, je prenais ma voiture jusqu'en gare de la Teste-de-Buch et par souci d'économie, je la laissais sur le parking pour prendre le TER jusqu'à Bordeaux. Sauf que les trajets quotidiens en TER dans ce coin-là sont un véritable enfer ! Des travaux tout le temps et surtout des retards et des trains supprimés constamment car les voies ont été mal entretenues."

Sur ce point, la SNCF met en avant "l'effort sans précédent des régions en faveur du renouvellement des TER". "La grande vague de travaux lancée depuis plusieurs années sur le réseau, afin de le moderniser après une trop longue période de sous-investissement, continue", affirme-t-elle. Avant de reconnaître : "Leur rythme soutenu ne permet pas de les faire uniquement de nuit et peut parfois impacter les circulations quotidiennes."

"J'ai la bagnole en horreur"

Colin, lui, s'est reporté sur l'automobile en septembre 2016, quand les retards sur la ligne entre Ambérieu-en-Bugey (Ain) et Lyon sont "devenus de pire en pire". "Un jour, ma compagne m'a regardé avec des yeux ronds : 'Tu rentres déjà ?!' Je me suis aperçu que je rentrais à l'heure pour la première fois depuis presque deux semaines. On a discuté, et j'ai laissé tombé le train et le métro, expose ce technicien de maintenance en informatique âgé de 37 ans et père de deux enfants. Pourtant, j'ai la bagnole en horreur : ça me stresse, les gens roulent mal et on ne peut rien faire d'autre que conduire, alors que j'adore lire ou écrire... Dès que mes enfants seront assez grands, je reprendrai le train, mais là ce n'est pas possible."

Colin s'attarde sur un problème également pointé du doigt par d'autres usagers : "Le parking de la gare SNCF est de taille modeste et saturé en permanence. Il faudrait que les parkings de gares dans les villages soient plus grands." Jean-Baptiste, 62 ans, qui a connu la même difficulté à la gare de Cérons (Gironde), abonde dans le même sens : "Le parking est saturé dès les premières heures du matin, malgré sa complète réfection durant l'été 2017. Donc, se garer aléatoirement loin de la gare implique d'arriver encore plus tôt pour espérer attraper un TER." "C'est devenu le paramètre bloquant", explique ce chercheur qui a travaillé à Paris avant d'être muté à l'université de Bordeaux le 1er juin 2017. "Je ne trouvais pas de place, donc je suis revenu assez vite à la solution voiture, en évitant la rocade bordelaise."

"On nous oblige à être pollueurs et on nous taxe"

"Je prends encore le train, mais de moins en moins." A Gambsheim (Bas-Rhin), Christophe, technicien informatique de 32 ans, a choisi ce mode de transport il y a six ans. Par "souci économique et écologique", car il met le double de temps en train pour atteindre son lieu de travail, situé au nord de Strasbourg. Petit à petit, l'affluence grimpante l'a découragé : "Depuis trois ans, ça s'est beaucoup dégradé. Le nombre de rames diminue, l'agressivité des passagers augmente." 

Christophe se lève plus tôt pour prendre le train précédent, à 6h45. "Mais une à deux fois par semaine, il a 5 à 10 minutes de retard, parfois il est annulé au dernier moment. Le suivant, une demi-heure plus tard, est encore plus rempli", décrit-il. Il a donc choisi de prendre le train deux fois par semaine, la voiture les trois jours restants. 

On nous parle beaucoup d'écologie mais au quotidien les contraintes sont fortes. Ça ne me dérange pas de faire une heure de vélo l'été, mais l'hiver, impossible.Christophe, habitant d'un village du Bas-Rhinà franceinfo

Récemment, la SNCF l'a sollicité pour savoir s'il rencontrait des difficultés et promet de faire remonter ses problèmes. L'entreprise concède à franceinfo que "tout n'est pas 'rose' lorsqu'on choisit de prendre le train", mais qu'"aucun choix modal ne l'est" et qu'elle s'est "pleinement engagée pour continuer à améliorer son offre en régularité et en confort, afin d’offrir une pleine alternative économique et écologique".

Se déplacer en train par souci écologique : c'était également le choix d'Eric, 43 ans, en 2012. Cadre délégué dans la protection des données personnelles, il habite Woippy (Moselle) et travaille à Luxembourg depuis vingt ans. Au départ, le temps de trajet était le même avec les deux moyens de transport : environ une heure. Ces deux dernières années, en prenant le train, il compte 2h30 de porte à porte. Alors, comme Christophe dans le Bas-Rhin, il prend parfois la voiture. "En décalant mes horaires, j'évite les bouchons. C'est ce que j'ai fait ce matin : parti à 9 heures, je suis arrivé une heure plus tard", témoigne-t-il. Excédés, de nombreux usagers de la ligne Metz-Luxembourg ont fait le même choix. Ils s'expriment sur Twitter, autour d'une association créée pour tenter de faire évoluer la situation.

"On nous oblige à être pollueurs et on nous taxe. Il faut une incitation pour des solutions alternatives", insiste Eric. Lui en a trouvé une : le télétravail. Il a changé d'emploi récemment et a choisi un employeur qui lui permet cette souplesse trois fois par semaine.

"Pas mal de personnes ont négocié du télétravail"

Déléguée d'une fondation de recherche, Nora Muller-Conte partage la même solution. "Je fais du télétravail le vendredi. Mon employeur a facilement accepté, j'ai de la chance", estime cette femme de 48 ans qui prend quotidiennement le TER d'Orry-la-Ville (Oise) à Paris. Excédée par son trajet devenu un "calvaire", elle a créé le collectif SNCFVamtuer, dont elle est aujourd'hui la porte-parole : "Devant les dégradations de nos lignes en Picardie, pas mal de personnes ont négocié du télétravail."

Son ami Kamel est dans ce cas. Depuis 2012, il prend le TER à la gare de Rieux-Angicourt (Oise) pour se rendre à Paris. "Normalement j'y suis en 40 minutes, mais aujourd'hui c'est plutôt une heure, avec une nette dégradation au fil du temps." Très actif sur Twitter, il met en cause "le matériel à bout de souffle, les travaux la nuit, le recours aux sous-traitants, le manque de personnel pour faire le travail". "Si un TGV est en retard, on est obligés de le laisser passer, pourquoi ?" s'interroge-t-il. "Je peux comprendre que le réseau ne soit pas parfait, ce que je ne comprends pas c'est le manque de communication envers nous", soupire-t-il.

"La régularité est un combat quotidien pour les cheminots", assure la SNCF. La société ferroviaire rappelle qu'en cumul annuel à fin novembre 2017, la régularité atteignait 90,8%, soit une baisse de 0,6% des retards à ce stade de l'année par rapport à l’année précédente (90,2%). "Les réseaux des différentes grandes régions sont tous différents, il est difficile de faire des comparaisons et ces bons chiffres ne reflètent pas certaines disparités régionales fortes", reconnaît néanmoins la SNCF. 

A entendre Kamel, l'Oise, au moins en partie, est concernée par ces "disparités". Ce contrôleur de gestion évite l'écueil en alternant voiture, train et télétravail. Pour autant, il n'y trouve pas "complètement [s]on compte". "Je me suis adapté, mais j'y suis obligé et je n'ai pas réussi à sortir de la dépendance à la voiture", regrette-t-il.