"Gilets jaunes" : trois mois de contestation après un nouveau samedi de mobilisation

Des "gilets jaunes" sont à nouveau descendus dans les rues de l’Hexagone samedi 16 février. La mobilisation est en hausse à Paris, mais baisse dans le reste de la France.

FRANCE 3

Face-à-face tendu entre les forces de l’ordre et le dernier carré de manifestants qui tente d’investir les Champs-Élysées (Paris). Des "gilets jaunes" bloqués dans une rue adjacente avant d’être dispersés dans le début de la soirée du samedi 16 février. Un peu plus tôt, d’autres échauffourées avaient éclaté sur l’esplanade des Invalides (Paris), alors que le cortège des "Gilets jaunes" était stoppé par les forces de l’ordre.

Une détermination intacte

Ces incidents ont toutefois été isolés dans une journée de manifestation plutôt calme. À Paris, ils étaient 5 000 à battre le pavé, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Une mobilisation en hausse dans la capitale et une détermination intacte pour le 14e acte. À Toulouse (Haute-Garonne), à Marseille (Bouches-du-Rhône) ou encore à Pontivy (Morbihan), rien ne semble convaincre les "gilets jaunes" d’arrêter leur combat, même si la mobilisation a globalement été en baisse dans l’Hexagone. À Lyon (Rhône), des "gilets jaunes" ont bloqué des voitures. À Rouen (Seine-Maritime), un conducteur paniqué a tenté de forcer le passage d’une manifestation. Il a renversé trois piétons.   

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" manifestent à Paris, le 16 février 2019.
Des "gilets jaunes" manifestent à Paris, le 16 février 2019. (ERIC FEFERBERG / AFP)