"Gilets jaunes", nouvelle journée de mobilisation : le point région par région

Les "Gilets jaunes" ont manifesté samedi dans le cadre d'une douzième journée de mobilisation nationale avec la ville de Valence (Drôme) comme épicentre. Région par région, le point sur la mobilisation.

Des manifestants \"gilets jaunes\" sont mobilisés place de la République, à Paris, le 2 février.
Des manifestants "gilets jaunes" sont mobilisés place de la République, à Paris, le 2 février. (YOAN VALAT / EPA)

En pleine polémique sur les LBD, les "gilets jaunes" défilent samedi 2 février contre les violences policières lors d'un week-end marqué par de nouvelles mobilisations en France, qui ont notamment commencé à Paris et à Valence. Le point sur la mobilisation, région par région. Le ministère de l'Intérieur dénombre 17 400 manifestants en France à 14 heures.

>> Suivez notre direct sur la mobilisation des "gilets jaunes", samedi 2 février

Auvergne-Rhône-Alpes

La manifestation de Valence, présentée comme une des villes du raliement de la mobilisation des "gilets jaunes" pour cette 12e journée, s'est terminée vers 17 heures, rapporte France Bleu Loire Océan. Elle a réuni 5 400 manifestants selon le comptage officiel, sous une pluie battante. Le centre-ville est désormais vide mais plusieurs centaines de manifestants restent rassemblés à Valence-Sud. Selon la préfecture et le parquet de Valence, 18 personnes ont été interpellées et plus d’une centaine d’objets dangereux saisis (haches, couteaux, sabre japonais, batte, grenade à fumée blanche…). Les autorités déplorent quelques jets de projectiles et des tags, notamment sur le centre des finances publiques, où les messages suivants ont été écrits : "Les CRS ne sont pas nos fils", "le 5 février, on récupère tout le pognon" ou encore "pouvoir aux peuples".

Près de 400 "gilets jaunes" se sont par ailleurs rassemblés place du peuple à Saint-Etienne, sous la neige, rapporte France Bleu Saint-Etienne-Loire.

Ile-de-France

À Paris, plusieurs centaines de "gilets jaunes" se sont rassemblés dès 12 heures derrière une banderole réclamant "l'interdiction des grenades et des LBD". Jérome Rodrigues, figure du mouvement, gravement blessé la semaine dernière, a été acclamé. Priscillia Ludosky, une autre figure des "gilets jaunes", a rejoint le cortège. Avec Éric Drouet et Maxime Nicolle, tous quatre mettent leur désaccord de côté pour manifester ensemble.

13 800 personnes ont été recensées dans les rues. Ce comptage a été effectué par la société Occurrence mandatée par le collectif des rédactions nationales et régionales françaises.Le comptage a été effectué au niveau du boulevard Beaumarchais. Le défilé parisien, parti de la place Félix Eboué, va rejoindre la place de la République. Franceinfo, associée à la plupart des médias français, se sont mis d'accord pour mettre en place une méthode de comptage des manifestations, afin d'avoir un chiffre fiable et indépendant de ceux délivrés par les autorités et les organisateurs. Les autorités, elles, évoquent 10 500 manifestants.

30 personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police. Les personnes ont été interpellées pour jet de projectiles et port d'armes prohibé, a appris franceinfo de sources proches du dossier.

Bretagne

À Nantes, deux policiers ont été blessés dans le cadre de la manifestation des "gilets jaunes", à la suite d'un jet de projectile, annonce la police nationale de la Loire-Atlantique sur Twitter. "L'auteur de ces violences interpellé", précisent les autorités. La manifestation des "gilets jaunes" a rassemblé plus de 500 personnes à Nantes.

À Morlaix, environ  un millier de manifestants ont défilé, notamment devant la préfecture, où quelques grenades lacrymogènes ont été utilisées par les forces de l'ordre.

Grand Est

À Strasbourg, plusieurs centaines de "gilets jaunes" sont présents. Des tensions ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre près de la place Kléber et de la gare, rapporte France Bleu Alsace. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Plus de 500 "gilets jaunes" se sont élancés dans les rues de Nancy, certains avec des pansements ou des slogans pour protester contre les violences policières. Plusieurs lignes de bus et tram du réseau Stan sont déviées.

Nouvelle-Aquitaine

À Bordeaux, les "gilets jaunes" ont à nouveau battu le pavé en nombre samedi dans la capitale girondine. Selon France Bleu Gironde, la manifestation regroupe 4 500 à 5 000 personnes. Des heurts ont éclaté près de l’hôtel de ville. Des manifestants ont lancé des projectiles (bouteilles de verre, pavés, pétards) sur les forces de l’ordre qui ont dispersé les casseurs avec du gaz lacrymogène et des tirs de LBD.

À Pau, les "gilets jaunes" étaient 400 pour une marche blanche contre les violences policières. Un cortège divisé en deux : 300 en centre-ville et une centaine devant le commissariat.

Normandie

À Caen, les "gilets jaunes" sont environ 2 000, selon France Bleu Normandie, à clamer leurs revendications mais aussi rendre hommage aux victimes liées au mouvement.

Centre-Val-de-Loire

À Châteauroux, le cortège est parti en début d'après-midi. La préfecture d'Indre-et-Loire dénombre 1 300 manifestants.

À Tours, les "gilets jaunes" sont plus de 3 000 selon le journaliste de France Bleu Touraine sur place. La ville a été choisie comme l'épicentre du rassemblement pour le Grand-Ouest. Les manifestants sont passé notamment devant la préfecture où la situation s'est tendue. Le réseau de tramway est coupé dans le centre-ville. Un service de bus de remplacement est mis en place.

Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

À Toulouse, 4 000 personnes environ défilent dans les rues de la ville, notamment sur la place du Capitole. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène..

Occitanie

Près de Perpignan, plusieurs centaines de "gilets jaunes" font toujours face aux gendarmes à l’entrée du péage du Boulou sur l'A9 à la mi-journée, près de la frontière espagnole, rapporte France Bleu Roussillon.

À Montpellier, les "gilets jaunes" étaient plus d'un millier à défiler, dans le calme, sous une pluie battante.

Sud

À Marseille, sous des banderoles faussement ensanglantées pour dénoncer les blessures infligées par la police à des manifestants depuis le début du mouvement, 2 000 "gilets jaunes" ont défilé du Vieux-Port au Vélodrome selon la police. Au même moment, 2.500 personnes marchaient contre le mal-logement sur une autre trajectoire.