"Gilets jaunes" : Mélenchon, Le Pen, Hollande... Les réactions des politiques

En cette nouvelle journée de mobilisation pour les "gilets jaunes", samedi 1er décembre, de nombreux politiques ont réagi à la situation.

France 3

Ce samedi 1er décembre, La République en marche voulait se relancer avec l'élection d'un nouveau délégué général, mais le congrès a vite été parasité par les violences à Paris lors du troisième samedi de rassemblement des "gilets jaunes" et le gouvernement n'a pas tardé à réagir. "Aujourd'hui, il y a une minorité de casseurs et moi, je ne mélange pas les choses. Ceux-là, il faut n’avoir aucun état d'âme, il faut pouvoir les arrêter, il faut pouvoir les déférer devant la justice", a estimé Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement.

Quid de l'opposition ?

Mais pour l'opposition, l'exécutif a sa part de responsabilité. Depuis Marseille (Bouches-du-Rhône), Jean-Luc Mélenchon a, lui, réclamé au président la dissolution de l'Assemblée nationale. Laurent Wauquiez a pour sa part réitéré sa demande de référendum. Sur Twitter, Marine Le Pen a, quant à elle, demandé au président de la République "de recevoir les chefs de partis politiques d'opposition dès son retour d'Argentine". Enfin, François Hollande, qui a multiplié les rencontres avec les "gilets jaunes", a fermement condamné les casseurs. Pour l'ancien président, un dénouement par le dialogue est aujourd'hui indispensable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, lors d\'une conférence de presse, le 19 octobre 2018, à Paris.
Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse, le 19 octobre 2018, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)