"Gilets jaunes" : entre radicalisation et modération

Face au spectre de la violence, de plus en plus de "gilets jaunes" disent ne pas vouloir monter à Paris samedi 8 décembre. Certains appellent même au calme, même s'ils restent déterminés.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Partout en France, la mobilisation des "gilets jaunes" reste forte. Et elle promet de l'être tout autant ce week-end. Mais sous quelle forme ? Agir en région ou monter à Paris samedi 8 décembre ? C'est le dilemme des "gilets jaunes". "On n'incite pas y aller. On pense savoir comment ça va se passer. Il est hors de question que ça casse, on n'est pas du tout dans ce mouvement-là", confie au micro de France 3 un "gilet jaune".

Une tendance se dessine

Au fil des discussions, à Vesoul (Haute-Saône), une tendance majoritaire semble se dessiner : pas question que le mouvement soit entaché par une nouvelle explosion de violences.

En dépit des risques, quelques-uns veulent tout de même se faire entendre à Paris. "C'est trop tard maintenant. Les salaires n'augmentent plus, les retraites baissent et ils mettent des taxes", déplore un retraité bordelais. Six représentants des "gilets jaunes" sont reçus ce vendredi soir à Matignon. Ils appellent pour leur part à ne pas manifester à Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
La manifestation parisienne des \"gilets jaunes\" le 1er décembre 2018.
La manifestation parisienne des "gilets jaunes" le 1er décembre 2018. (- / AFP)