Cet article date de plus de deux ans.

"Gilets jaunes" : Attac porte plainte pour "violence volontaire" après la blessure d'une militante à Nice

Geneviève Legay, 73 ans, est tombée après une charge policière sur la place Garibaldi, à Nice.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Geneviève Legay, 73 ans, est tombée après une charge des forces de l'ordre, à Nice, samedi 23 mars 2019. (SEBASTIEN BOTELLA / MAXPPP)

Une nouvelle plainte après la blessure d'une septuagénaire à Nice, samedi 23 mars, en marge d'une manifestation des "gilets jaunes". L'association Attac a annoncé lundi qu'elle déposait plainte pour "violence volontaire en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique sur personne vulnérable". Cette plainte vient s'ajouter à celle déjà déposée par la famille de la militante.

Geneviève Legay, 73 ans, militante de l'association altermondialiste, est tombée après une charge des forces de l'ordre, qualifiée de "monstrueuse" par son avocat"Attac France exige que toute la lumière soit faite et que les responsabilités de ces actes de violence à l'encontre de Geneviève Legay soient clairement établies", précise Attac dans un communiqué.

Une réaction controversée d'Emmanuel Macron

Dans un entretien avec Nice-Matin, Emmanuel Macron a souhaité "un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse" à la septuagénaire. "Je souhaite d'abord qu'elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l'hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille. Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable", a estimé le chef de l'Etat.

La phrase du chef de l'Etat a rapidement été très critiquée. "Monsieur Macron, notre Geneviève de Nice n'a pas besoin de vos leçons de sagesse. (...) Elle milite pour le bien des autres. Et vous, vous la frappez au nom de quoi ?", a par exemple réagi Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, sur Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers "Gilets jaunes"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.