CGT et "gilets jaunes" à Marseille : "Il y a beaucoup de choses à faire de façon conjointe"

La CGT a réussi son pari de la convergence, mardi, à Marseille avec autant de "gilets jaunes" que de militants du syndicat dans la manifestation, à l'appui d'une journée de mobilisation nationale. 

Manifestation à Marseille à l\'appel de la CGT dans le cadre d\'une \"grève générale de 24 heures\". 
Manifestation à Marseille à l'appel de la CGT dans le cadre d'une "grève générale de 24 heures".  (GERARD JULIEN / AFP)

À Marseille, les "gilets jaunes" semblent aussi nombreux que les brassards rouges de la CGT, dans le défilé, mardi 5 février, à Marseille. Le syndicat appelle à une journée de mobilisation pour réclamer hausse des salaires et justice fiscale. 

>>DIRECT. La CGT organise une "grève nationale de 24 heures"

"ll y a beaucoup de monde et c’est très bien", lance Nicolas Casoni, secrétaire général du syndicat à la centrale thermique de Gardanne (Bouches-du-Rhône), en tête du cortège marseillais, entre le Vieux-Port et la préfecture. "Il n’y a qu’avec la convergence et la solidarité des travailleurs, que ce soit 'gilets jaunes' ou la CGT, qu’on arrivera à faire changer le gouvernement dans sa politique actuelle", affirme-t-il.  

Aujourd’hui je pense qu’on est bon et c’est comme ça qu’on arrivera à faire plier le gouvernement.Nicolas Casoni, CGTà franceinfo

Les "gilets jaunes" sont un peu plus réticents à prononcer le mot "convergence", par peur de récupération du mouvement, mais David, qui a répondu à l'appel de la CGT, estime qu’il faut passer à autre chose.

On est très nombreux et ce n’est qu’un début, parce qu’il est temps de passer au-dessus des clivages.David, "gilet jaune"

"Une nouvelle page se tourne, c’est un nouveau chapitre qui s’écrit, poursuit David. La CGT et les 'gilets jaunes' ont de beaux jours devant eux parce qu’il y a beaucoup de choses à faire de façon conjointe."     

"Gilets jaunes" et CGT à Marseille - un reportage d'Olivier Martoc
--'--
--'--