"C'est le rôle de n'importe quel citoyen engagé" : Tiphaine Auzière, fille de Brigitte Macron, va animer un débat citoyen dans le Pas-de-Calais

"C’est la fille de Brigitte Macron, mais c'est aussi quelqu'un qui veut s'impliquer", estime Cyril Gest, un habitant de la région proche des idées des "gilets jaunes", qui coanimera les échanges.  

Tiphaine Auzière et sa mère Brigitte Macron à la sortie d\'un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), le 18 juin 2017.
Tiphaine Auzière et sa mère Brigitte Macron à la sortie d'un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), le 18 juin 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La famille est mise à contribution. L'avocate Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, va se lancer à son tour dans le grand débat national, en coanimant une réunion dans la salle des fêtes de Saint-Josse-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 22 février prochain. "C'est le rôle de n'importe quel citoyen engagé de contribuer à cette remontée d'informations du terrain, explique-t-elle à franceinfo. Je voulais en faire une chez moi, pour évoquer notamment la ruralité."

Tiphaine Auzière a déjà exprimé quelques vélléités politiques par le passé. La belle-fille d'Emmanuel Macron s'est notamment investie lors de la campagne présidentielle, avant de se présenter aux législatives comme suppléante du candidat de La République en marche, Thibaut Guilluy, un scrutin perdu au second tour. "Je ne fais pas ce débat dans l'esprit d'une réunion politique visant à promouvoir des idées, comme lors des élections ou des réunions thématiques", promet la référente locale d'En Marche !, qui évacue les critiques sur le bien-fondé d'un débat animé par la belle-fille du président de la République.

Je ne me suis pas arrêtée à ce qu'on allait pouvoir dire de ma participation.Tiphaine Auzière, avocate et référente En Marche !à franceinfo

Cette référente du comité local de La République en marche a proposé à un ancien "gilet jaune" de participer à la soirée à ses côtés, "car nous n'avons pas la même sensibilité ou les mêmes idées". Elle a donc contacté Cyril Gest, un habitant de la commune de Berck qui avait participé à quelques réunions lors des débuts des "gilets jaunes", mais qui a toujours conservé une certaine distance sur les modes d'action. "Les manifestations aux rond-points pour exprimer son mécontentement ne me semblaient pas utiles", explique-t-il à franceinfo. Ce demandeur d'emploi a rencontré Tiphaine Auzière début décembre lors d'une table ronde organisée en présence de "gilets jaunes" actifs et de responsables associatifs et politiques.

"Je n'imaginais pas l'ampleur que ça prendrait"

"Bien sûr, c'est la fille de Brigitte Macron, mais c'est aussi quelqu'un qui veut s'impliquer dans la vie politique locale, explique à franceinfo Cyril Gest. Deux mois plus tard, celui-ci a donc été contacté par Tiphaine Auzière pour coanimer ce débat et une rencontre a déjà eu lieu à Etaples pour organiser la soirée et définir les ambitions du débat. "On va essayer de ne pas s'éparpiller sur plein de thèmes et de travailler en groupes sur les thèmes proposés dans le cadre du grand débat national." Mais "ni elle, ni moi ne sommes là pour dire ce qui est juste", affirme-t-il. "J'ai d'ailleurs accepté comme citoyen et pas comme 'gilet jaune' ".

J'ai déjà été amenée à discuter avec des personnes sur les rond-points et nous avons eu des discussions apaisées et constructives.Tiphaine Auzière, avocate et référente En Marche !à franceinfo

Ce débat suscite un intérêt particulier en raison de l'identité de son animatrice. "Je n'imaginais pas l'ampleur que ça prendrait sur les réseaux sociaux", explique Cyril Gest, qui a déjà été contacté par plusieurs médias, dont La Voix du Nord. Mais si sa notoriété permet de réunir davantage de monde et d'avoir un débat plus représentatif de la population, c'est tant mieux". Interrogée sur d'éventuelles interventions hostiles à Emmanuelle Macron, Tiphaine Auzière préfère botter en touche. "À partir du moment où les gens comprennent que nous sommes dans un esprit de dialogue, je ne vois pas comment ça pourrait venir perturber le débat démocratique."