Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : Phuket, ville fantôme privée de ses touristes

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Coronavirus : Phuket, ville fantôme privée de ses touristes
Article rédigé par
Arnauld Miguet, Gaël Caron - France 2
France Télévisions

Habituellement très fréquentée par les touristes, Phuket (Thaïlande) craint qu'ils ne reviennent pas avant plusieurs années. Le secteur prédominant du tourisme est à l'arrêt et beaucoup de Thaïlandais sont désormais au chômage.

Phuket (Thaïlande) d’habitude très prisée des touristes, est désormais déserte. La plupart des magasins ont le rideau tiré, de même que les 3 000 hôtels. “Nous savons que nous nous reposons trop sur le tourisme international”, reconnaît le président de l’association des hôtels. Et nous essayons de rééquilibrer”. En 2019, Phuket avait comptabilisé neuf millions de visiteurs.

Un chômage galopant

Dans le quartier des bars, certains préfèrent rester ouverts "pour que le personnel puisse garder son emploi".  Seulement 5% des commerces sont actuellement ouverts, estime un chef d’entreprise local. 300 000 personnes travaillent normalement dans le tourisme à Phuket. Beaucoup sont désormais au chômage. Certains hôtel espèrent que la réouverture des frontières pourra leur bénéficier. Seul bémol : les touristes doivent accepter une quarantaine, soit quatorze jours sans sortir de leur chambre. Le retour à la normale pourrait prendre plusieurs années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.