Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : les syndicats espèrent une forte mobilisation samedi 11 février

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Réforme des retraites : les syndicats espèrent une forte mobilisation samedi 11 février
Réforme des retraites : les syndicats espèrent une forte mobilisation samedi 11 février Réforme des retraites : les syndicats espèrent une forte mobilisation samedi 11 février (France 2)
Article rédigé par France 2 - M. Damoy
France Télévisions
France 2
Pour la quatrième journée de mobilisation, samedi 11 février, les syndicats espèrent un grand nombre de participants, afin d’établir la suite de leur plan. Si le gouvernement n’entend pas cette gronde, ils se disent prêts à mettre la France à l’arrêt le 7 mars prochain.

Alors qu’une nouvelle journée de mobilisation a lieu en France, samedi 11 février, à l’encontre de la réforme des retraites, à Paris le cortège partira de la place de la République à 13 heures. Les syndicats veulent frapper un grand coup. "Cette place de la République ne déborde pas, mais elle se remplit progressivement. Quatrième journée de mobilisation, la première un week-end, pour permettre au plus grand nombre de participer. Des familles mais aussi des salariés qui n'auraient pas à sacrifier, cette fois, une journée de salaire", explique Maeva Damoy, en direct de la place de la République.

Les syndicats prêts à mettre "la France à l’arrêt" le 7 mars

"L’intersyndicale a besoin de ce soutien populaire massif pour faire pression sur le gouvernement, qui, en parallèle, pousse son projet de réforme vers le Parlement. L'intersyndicale qui s'est réunie ce matin, et dont l'ampleur de cette mobilisation pourrait faire changer le plan de bataille à venir. 16 février prochain, la prochaine grève nationale, mais elle n'exclut pas, si le gouvernement reste sourd à ses appels et à l’appel de la rue, de mettre la France à l'arrêt dans tous les secteurs le 7 mars prochain", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.