Grève du 5 décembre : le gouvernement sur le pont toute la journée

Pendant toute la journée du jeudi 5 décembre, les ministres ont veillé à ne pas mettre de l'huile sur le feu. À l'issue du conseil des ministres, le gouvernement a laissé la porte ouverte à la négociation. Plusieurs options seraient sur la table pour éviter l'enlisement.

france 3

Toute la journée, jeudi 5 décembre, le secrétaire d'État aux Transports aura été sur le pont. Dans la matinée, et ce soir auprès des agents de la SNCF, et à propos de la réforme des retraites, c'est à chaque fois le même message : rien n'est encore arrêté. "Nous continuerons jusqu'à la fin du conflit à entretenir cette relation avec les syndicats pour trouver le meilleur objet de compromis", explique Jean-Baptiste Djebbari. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner se livre aussi à une opération de déminage.

>> DIRECT. Manifestations et grève du 5 décembre : le point sur la situation

Repousser la mise en place de la réforme ?

Il a envoyé un courrier rassurant aux syndicats de police. Il l'assure : les droits à un départ anticipé resteront ouverts comme aujourd'hui. Pour que le conflit ne s'enlise pas, une piste est déjà sur la table : repousser la mise en place de la réforme. Selon le journal Les Échos, les premiers concernés ne seraient plus les Français nés en 1963, mais ceux nés en 1973. Autrement dit, la retraite à points n'entrerait plus en vigueur en 2025, mais en 2035. Édouard Philippe présentera ses arbitrages en milieu de semaine prochaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Edouard Philippe lors d\'une visite à la gare de l\'Est, samedi 19 octobre 2019 à Paris.
Le Premier ministre Edouard Philippe lors d'une visite à la gare de l'Est, samedi 19 octobre 2019 à Paris. (DOMINIQUE FAGET / AFP)