Caisse d'allocations familiales : des milliers de Français privés de leurs aides à cause de bugs informatiques

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Caisse d'allocations familiales : des milliers de Français privés de leurs aides à cause de bugs informatiques
franceinfo
Article rédigé par
G-A. Dolz, E. Prigent, A. Fischer, P. Evèque, E. Bonnasse, L. Hauville - franceinfo
France Télévisions

En raison de bugs informatiques à la Caisse d’allocations familiales (CAF), au moins 120 000 personnes ont perçu leur allocation de logement avec un retard important. Certains bénéficiaires l’attendent encore. 

Des bugs informatiques privent de nombreuses familles d'aides au logement. Depuis six mois, un couple lyonnais rencontre des anomalies avec la caisse d'allocations familiales : un enfant, puis un conjoint ont disparu du compte. Entre les aides au logement et les allocations familiales, ils perçoivent en temps normal 1 000 euros d'aides par mois. Elle est au chômage, lui facteur, payé au SMIC. Son salaire, dans les fichiers de la Caisse d'allocations familiales (CAF), n'est pas correct non plus. "7 500 euros en tant que facteur, ce n'est de toute façon pas possible, explique Dalila Kamou. Même quand on met ça en avant, (…) ils ne peuvent rien faire, puisque ce sont des chiffres rentrés sous le logiciel, auquel ils disent ne pas avoir accès." 

La situation s’améliore

Contactée dans l'après-midi du mercredi 2 juin par les journalistes de France Télévisions, la CAF estime que l'erreur vient de l'employeur et le dossier serait sur le point d'être régularisé. Depuis le début de l'année, 120 000 à 150 000 familles auraient été victimes d'anomalies, soit 2% des bénéficiaires des aides au logement. En cause, un nouveau mode de calcul des APL, et un changement de logiciel informatique. La Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) reconnaît les dysfonctionnements, mais estime que la situation s'améliore. 32 000 dossiers seraient toujours en cours ou en attente de traitement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.