Logement : les perdants de la loi Pinel

Dans le Nord, l'offre de logements est plus importante que la demande.

France 3

Face à la Manche, l'agglomération de Dunkerque (Nord). 700 nouveaux logements sont construits ici chaque année. "Dans cet ensemble, il y a 33 logements. 40% des logements ont été investis par la loi Pinel", explique un promoteur immobilier. Un coup de pouce fiscal primordial dont sera exclu Dunkerque l'an prochain. Ce promoteur craint de voir partir les investisseurs. Mais pourquoi vouloir construire plus dans une ville où les panneaux "à vendre" fleurissent ? 3 000 logements vides sur la commune, dans le centre-ville ce sont même 11% des logements qui sont inoccupés.

"Il faut qu'on puisse offrir des logements décents"

Pourtant l'adjoint au maire n'en démord pas, même à Dunkerque, la loi Pinel a son utilité. "Dunkerque est une zone tendue dans le sens où on n'a pas de réponse pour une partie de la population. On ouvre des entreprises, mais en face il faut qu'on puisse offrir des logements décents, aux cadres, aux populations moyennes qui occuperont ces emplois", indique-t-il Alain Simon; adjoint au maire de Dunkerque, chargé du logement. En 15 ans, les logements neufs ont été 50% plus nombreux que les nouveaux ménages sur la commune. Une tendance qui pourrait s'arrêter l'an prochain. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les aides au logement pèsent plus de 20 milliards d\'euros chaque année dans le budget de l\'État (illustration).
Les aides au logement pèsent plus de 20 milliards d'euros chaque année dans le budget de l'État (illustration). (MAXPPP)