Cet article date de plus de cinq ans.

SNCF : pourquoi les cheminots sont en grève

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
SNCF : les raisons de la grève de mardi
LAURENT DESBONNETS - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les négociations menées à l'échelle de la branche et au sein du groupe public doivent aboutir, avant mi-2016, à l'harmonisation des règles de travail entre SNCF et entreprises privées.

Avec la mobilisation qui démarre lundi 25 avril à 19 heures, la troisième en huit semaines, les syndicats de cheminots CGT, Unsa, SUD, CFDT ainsi que FO et First veulent peser sur les négociations en cours concernant leurs conditions de travail.

Les négociations, menées à l'échelle de la branche et au sein du groupe public, doivent aboutir avant mi-2016 à l'harmonisation des règles de travail dans le secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé). Objectif pour la SNCF : aborder dans de bonnes conditions l'ouverture totale à la concurrence. Les échéances se précisent: les lignes TGV devront s'ouvrir à la concurrence à partir de 2020 et TER/Intercités à compter de 2023.

Au niveau de la branche, les négociations menées avec l'UTP (qui regroupe SNCF et entreprises privées) ont commencé aussi. Le prochain rendez-vous est prévu mardi, jour de la grève. Les horaires et les conditions de travail des salariés de la SNCF sont en pleine renégociation. Mais tous les syndicats, même réformistes comme l'Unsa et la CFDT, affirment douter de la "réelle volonté" de l'UTP de négocier des contreparties aux nombreuses astreintes imposées aux cheminots, notamment en matière de travail de nuit. Parallèlement, ils bataillent aussi avec la SNCF, qui a ouvert avec eux des discussions pour revoir son organisation du temps de travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.