Fram ferme ses portes

Le voyagiste français en faillite dépose le bilan ce jeudi 29 octobre. Les 670 salariés attendent maintenant une possible reprise par le groupe Karavel-Promovacances.

FRANCE 3

À leur arrivée au comité d'entreprise à Toulouse ce 29 octobre, les salariés de Fram n'ont pas le cœur à parler. Les délégués syndicaux sont désemparés : "On s'attend à un dépôt de bilan, mais après on espère une reprise, avec un maximum d'emplois sauvegardés", exprime la représentante CFDT. La société pourrait être reprise par le groupe Karavel-Promovacances.

La fin d'une saga

C'est donc la fin d'une longue saga pour le voyagiste français. Un géant créé dans l'après-guerre devenu la référence en termes de voyages populaires. Alors la chute de Fram rend forcément nostalgique les salariés : "le maître-mot du président c'était 'votre passeport, c'est un sourire'. Avec le sourire, on faisait tout passer, maintenant le sourire est un peu estompé", témoigne Michel Gallot. La gestion paternaliste du groupe aura mené à sa perte, avec des dissensions internes au sein de la direction familiale. Fram n'aura pas su anticiper l'avènement des offres sur internet, et s'adapter aux crises liées au printemps arabe.

Une publicité du groupe Fram, à l\'aéroport de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne), le 22 octobre 2015.
Une publicité du groupe Fram, à l'aéroport de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne), le 22 octobre 2015. (ERIC CABANIS / AFP)