VIDEO. Bridgestone Béthune : le groupe est "prêt à rouvrir des scénarios alternatifs pour remettre de l'activité dans l'usine", assure Agnès Pannier-Runacher

La ministre déléguée à l'Industrie a indiqué sur franceinfo que l'Etat avait mandaté un expert afin de contre-expertiser la conclusion de la direction de Bridgestone. "Ce qui nous importe, c'est d'avoir de l'emploi industriel à Béthune pour ces salariés-là", a-t-elle souligné.

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Les dirigeants de Bridgestone "sont prêts à rouvrir des scénarios alternatifs pour remettre de l'activité dans l'usine" de Béthune (Pas-de-Calais), menacée de fermeture, "c'est clairement établi", a assuré Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, mardi 22 septembre sur franceinfo, au lendemain d'une réunion de crise avec la direction du groupe, des élus locaux et des représentants des salariés.

"Ce qui n'empêche pas qu'ils ont une conviction sur le fait qu'ils ne sont pas capables de produire des pneus dans cette usine dans les conditions actuelles du marché du pneu en Europe", a-t-elle ajouté, expliquant que "tout l'enjeu", désormais, était de "contre-expertiser leur propre analyse". Pour ce faire, "nous avons mandaté un expert, Accenture, pour regarder les données de Bridgestone", a-t-elle indiqué.

Nous pensons que cette conclusion n'est probablement pas la meilleure. En tout cas, on veut la contre-expertiser.

Agnès Pannier-Runacher

à franceinfo

"Surtout, ce qui nous importe, c'est d'avoir de l'emploi industriel à Béthune pour ces salariés-là", a-t-elle poursuivi. Bridgestone emploie 863 salariés sur ce site. Agnès Pannier-Runacher a affirmé qu'elle suivait la situation de l'usine depuis "plus de deux ans" : "Tous les deux mois, trois mois, je leur demande : quel est le plan, quel est le plan, quel est le plan ?" Ce à quoi les dirigeants de Bridgestone lui ont toujours répondu : "On réfléchit, on réfléchit, on réfléchit", a-t-elle affirmé.

Recréer de l'emploi industriel

"Je ne suis pas dans l'invective" ni "dans les solutions toutes faites", a toutefois assuré la ministre. "Mon boulot, ma responsabilité, c'est d'essayer de trouver un avenir aux salariés du site et le plus durable possible."

Selon elle, "on est capables de créer de l'emploi industriel en France" et "l'Etat accompagnera systématiquement tous les développements porteurs dans l'emploi industriel, comme nous le faisons depuis trois ans maintenant". "C'est ce gouvernement qui a recréé de l'emploi industriel en France, ça n'était pas arrivé entre 2000 et 2016", a-t-elle souligné.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l\'Industrie, invitée de franceinfo mardi 22 septembre 2020.
Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, invitée de franceinfo mardi 22 septembre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)